Bill Gates : « les gens ne se rendent pas compte que les robots vont les remplacer »

Bill Gates

Comme beaucoup d'autres, Bill Gates reste persuadé que de nombreux emplois sont voués à être assurés non plus par des humains, mais par des robots. Et ce bien plus tôt qu'on pourrait le penser !

Pour faire suite à cette étude relayée par Bloomberg, qui listait les emplois « menacés » par l’amélioration constante des robots et de leur IA, voici une déclaration faite par Bill Gates la semaine passée lors d’une session organisée par le « think tank » The American Enterprise Institute :

« La substitution logicielle, qu’elle serve aux conducteurs, aux serveurs ou aux infirmières, évolue. Au fil du temps, la technologie va faire chuter la demande pour ces emplois, et plus particulièrement en ce qui concerne les emplois peu qualifiés. D’ici à 20 ans, la demande de main-d’œuvre pour beaucoup de secteurs sera très inférieure. Je ne pense pas que les gens l’établissent dans leur modèle mental. »

Pour revenir sur l’étude publiée par Bloomberg, elle laissait entendre que les agents de crédits, les réceptionnistes, les parajuristes, les vendeurs, les chauffeurs de taxi, les barmans, les employés de fast-food ou encore les musiciens et les chanteurs étaient les plus menacés par l’avènement des logiciels-robots.

Tags :Via :businessinsider
  1. Et nous en avons un exemple ici même : c’est un traducteur automatique qui écrit les articles à la place des rédacteur(trices) trop alcoolisé(e)s pour aligner quatre mots.

  2. A cause des patrons. C’est moin cher une machine plutôt qu’un humain. Il faut dire stop.

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
    1. A cause des charges, pas des patrons. Le but d’un patron c’est que son entreprise vive. Si les charges sur les emplois sont trop lourdes, il va logiquement chercher à économiser en prenant une machine si elle fait aussi bien le taf.

      1. Le but d’un patron c’est surtout de gagner de l’argent.
        S’il arrive à produire la même chose avec moins d’employés bah il virera ses employés…

        1. Si vous aviez au moins une fois essayé de monter une entreprise, vous auriez plus de respect pour les gens qui prennent des risques pour faire vivre d’autre personnes.

    2. Faudra toujours quelqu’un pour réparer le robot. Sa il ne le comprend pas le Bill. + de machine + de maintenance etc etc….

      Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
      1. Faux. La recherche développe maintenant des machines capables de s’auto-alimenter et de s’auto-réparer. Ces capacités seront évidemment la norme d’ici dix ans à quinze ans et peut-être avant.

  3. C’est comme les caisses automatique du supermarché. Il ne faut pas y aller, ça engendre le chômage.

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
  4. et pas que..les fedex et ups 24h/7 les smartTAXI et pire encore…….la réalité virtuelle va faire tomber la demande en beaucoup de truc matériels. nous auront plus besoin d’une belle maison vue que nous auront tous un loft a 750 000$ virtuellement et des voitures de luxe et voyager (plutôt se téléporté virtuellement) dans le sud ou sur la lune ou sur ponévia765 (notre imagination sera notre seule limite) votre retraite est virtuelle mes chères !

  5. Un bon boulanger, un bon plombier, un bon couvreur,… – de façon générale un bon artisan qui fait son activité avec talent -, ne pourront jamais être remplacés par des robots. Je crois au contraire que les métiers manuels et de proximité sont promis à un bien bel avenir : ces métiers de vrai savoir-faire sont de plus en plus demandés, alors que les profils (sur)qualifiés et (sur)diplômés sont de plus en plus précarisés (salaires au rabais), endettés par leurs longues années d’études, et entassés dans des concentrations urbaines chères et surpeuplées.
    Je crois donc qu’il est une grossière erreur de penser que le développement de la robotisation (même s’il aura clairement des conséquences) conduira à la destruction de tous les métiers manuels, et que les métiers intellectuels seront les mieux préservés.
    Comme dirait l’autre, l’avenir n’est plus ce qu’il était.

    1. Je suis d’accord avec toi, les métiers manuels ont un bel avenir c’est clair! par conte ici il n’est pas question ici des métiers manuels, mais des métiers peu qualifié: par exemple un couvreur a une qualification, un chauffeur de taxi, ça n’en demande beaucoup moins: c’est ces métiers que BG vise dans son discours…

      1. Monsieur Outang Laurent (ça marche moins bien dans ce sens) a bien raison, plombier, boulanger ou couvreur sont des métiers où la formation est quasi plus importante que pour un ingénieur (je peux le dire j’en suis un … d’ingénieur).

    2. « Un bon boulanger, un bon plombier, un bon couvreur,… – de façon générale un bon artisan qui fait son activité avec talent -, ne pourront jamais être remplacés par des robots.  »
      Ne jamais dire jamais surtout en terme de technologie, quand tu vois la progression depuis c’est 20 dernières années, je serais pas surpris que le robot soit capable de faire mieux que l’homme un jour ou l’autre. N’oublions pas qu’une machine ne connais pas les comportements et émotions aléatoires de l’homme.

       » les profils (sur)qualifiés et (sur)diplômés sont de plus en plus précarisés (salaires au rabais), endettés par leurs longues années d’études, et entassés dans des concentrations urbaines chères et surpeuplées. »
      Tout dépend dans quel domaine. Si tu parle de l’informatique je pense que tu te trompe fortement, étant moi même dedans.

      1. C’est sûr qu’un jour l’homme deviendra vraiment trop nuisible aux robots. Déjà qu’il est une charge horrible pour les entreprises et un cancer pour l’économie, vivement qu’il disparaisse !

        1. Je crois que ta mal compris mes propos. Tu dois surement être un « ingénieur » ou ce qu’il en reste, bien orienté :)

  6. Ouai.. Ça m’a toujours fasciné les gens qui prédisent l’avenir. La seule certitude que l’on peut avoir sur l’avenir c’est qu’il ne s’est pas encore produit. Au delà d’une Lapalissade cela impose une autre certitude sur l’avenir celle qu’il reste imprévisible. Ça me rappelle ce que l’on disait il y a un siècle sur la Der des Der, on a vu la suite..

    1. Certains évènements peuvent être prédits en suivant des modèles théoriques, en se fondant sur des calculs, notamment statistiques et les résultats de certaines recherches. De plus, un homme d’affaire se doit de pouvoir anticiper l’avenir. C’est donc une habitude qu’il prend et qui peut devenir une compétence avec le temps et l’expérience.

  7. Ne faudrait il pas plutôt partir du côté inverse et se demander quel métier ne va pas être supplanté par les robots?

  8. pour moi, la seule énigme qu’il reste à résoudre pour l’homme « capitaliste » est comment concilier :
    croissance de la productivité – croissance démographique – socialisation

    l’un de ces facteurs va devoir sauter, je me demande bien lequel…

  9. Je me demande ce qu’on fera des chômeurs puisque aujourd’hui déjà il semble que la chômage de masse constitue un « problème » sociétal, alors qu’on est bien loin de la situation décrite. Comme l’être humain est stupide et lent à s’adapter on peut supposer que le taux de chômage sera plus important encore étant donné que d’ici là les robots seront devenus au moins aussi intelligents voire davantage qu’un être humain moyen. Les usines dont la production est réalisé par des chaînes de robots existent déjà. Il s’agit donc là d’une conséquence logique du développement de la robotique. Comme d’ici quinze le système social sera toujours le même, les chômeurs n’auront plus qu’à mourir de faim.

  10. En plus ça serait plus avantageux pour tout le monde. Un robot = pas de charges de patronales et salariales = un gain pour l’entreprise = qui va se traduire par une déflation des prix.
    En même temps c’est sera moins cruelle que de faire travailler les salariés de Foxconn Technology dans des conditions inhumaine qui ne travaille pas dans les horaires de travail réglementées par la loi et pour un salaire de misère.

    1. Sans boulot je ne vois pas trop en quoi ce qui va arriver va être avantageux pour eux.
      Je ne pense pas que eux y voient une bonne chose..
      Leur salaire de misère étant déjà plus couteux qu’un robot apparemment:
       » Foxconn déploie 10 000 robots dans ses usines, objectif : un million en 2014″

      Pour nous, a court terme, sur les prix des produits fabriqué là-bas: ok… mais à moyen_long terme, sans taff et donc sans salaire (ou avec des salaires qui vont prendre une claque vu le taux de chomage qu’il y aura et donc le niveau de concurrence pour un poste) à notre tour, on en reparle…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Publicité