Une route électrique recharge des bus en Corée

route électrique corée

La ville de Gumi en Corée du sud est la première ville à s’équiper d'une chaussée conçue spécialement pour recharger les véhicules électriques.

Cette technologie mise au point par Kaist (Korea Advanced Institute of Science and Technology) et testée dans un premier temps au sein d’un parc d’attraction du pays vient d’être appliquée à 24km de route entre la gare de Gumi et le quartier de In-Dong.

Le principe est très simple : des câbles souterrains sont enterrés à 20 cm sous la surface de la chaussée et génèrent un champ électromagnétique qui interagissent avec des bobines capables de recharger les batteries des véhicules électriques. Kaist a nommé son concept « Shaped Magnetic Field In Resonance » (SMFIR). Le transfert énergétique sans fil a une efficacité de 80% et fonctionne par segmentation afin de limiter la production du champ électromagnétique à la zone située sous le véhicule.

coree_route_electrique_02

Au-delà du fait qu’équiper entre 5 et 15% de la chaussée suffit pour fournir assez d’énergie aux véhicules afin qu’ils puissent circuler sans tomber en panne d’énergie, le principal intérêt de ce système réside dans la charge constante des batteries. Cela évite les phases de rechargement de 10 heures au sein de stations spécialement conçues pour et cinq fois plus onéreuses à construire que des stations-services à essence. De plus, le volume des batteries pourra être réduit ce qui allégera le véhicule électrique et améliorera son design tout en entraînant un coût moins élevé pour en acquérir un.

coree_route_electrique_01

La ville de Gumi est la seule au monde à disposer de cette « route électrique » à l’heure actuelle et compte bien investir d’ici 2015 dans une dizaine de bus spécialement équipés pour en profiter. Cela nous rappelle un beaucoup le concept similaire d’un studio hollandais.

Tags :Via :Bilan
  1. Saviez-vous que le bus ELECTRIQUE est une totale ABERRATION ? Eh bien, sachez-le !

    L’immense majorité de l’électricité dans le monde est produite à partir de la combustion d’éléments fossiles (pétrole, gaz, et surtout charbon). Or, toute conversion d’énergie d’une forme en une autre s’accompagne de pertes. Ainsi, la conversion de l’énergie thermique d’abord en électricité, puis en énergie mécanique conduit à des pertes bien plus importantes que la conversion directe d’énergie thermique en énergie mécanique dans un moteur classique. Donc, pour arriver au même résultat mécanique, on a besoin de plus de combustion d’éléments fossiles et, du coup, de production de CO2.
    A cela, il faut ajouter les pertes dues au transport de l’électricité (les pertes sur les lignes sont considérables), et celles dues au stockage de l’énergie dans les batteries (les réactions chimiques sont elles aussi facteurs de pertes).
    Puis, encore à cela, il faut ajouter la consommation d’énergie nécessaire à la fabrication des batteries, et la pollution qu’elles représentent en fin de vie.

    En clair, si on regarde les choses globalement, les véhicules électriques sont une énorme aberration pour la consommation d’énergie, la production de CO2, et pour la pollution. Un véhicule électrique, ça n’a absolument rien d’écolo ! Ça ne fait que déplacer le problème en l’amplifiant.

    (En France où on a 75% de l’électricité d’origine nucléaire on a certes un meilleur bilan sur la production de CO2, mais on a quand même les déchets nucléaires, c’est pas forcément mieux. Et avec nos centrales qui arrivent en fin de vie, on va bien rigoler si il y a tout un parc de véhicules à recharger…).

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
  2. Bon, d’habitude je laisse passer le commentaire classique et copié collé de M. Gros. Mais là je me sens un peu obligé de faire une remarque (je sais il ne faut pas nourrir les Troll, il y a des pancartes partout dans le zoo) :
    Le concept ici est de supprimer les batteries en alimentant en continue. Il faudrait au moins adapter le commentaire car les trois quarts de l’argumentation tombent.

    Maintenant un peu de blabla :
    Pour ce qui est du transport de l’énergie, il faudrait comparer entre électricité et pétrole (ce dernier n’apparaît seul dans les pompes, il fau comparer production électrique et extraction raffinage). Et pour le nucléaire la question est pertinente mais je n’ai jamais trouvé personne qui préfère vivre près d’une raffinerie plutôt qu’une centrale nucléaire ou même une centrale thermique classique. Lequel est le plus polluant et/ou dangereux ?
    Le vrai intérêt du pétrole est sa densité énergétique (ça prend peu de place et on obtient beaucoup d’énergie). À par le combustible nucléaire, on fait difficilement mieux.

    M. gros, pourriez vous me fournir les références de votre argumentation ? Sur quels chiffres sortis d’où en êtes vous venu à cette conclusion ?

    Quelques chiffres piochés rapidement de mon côté :
    En 2007 68% de l’électricité est d’origine autre que nucléaire ou renouvelable dans le monde (International Energy Regulation Network – IERN iern.net). Ce chiffre doit être un peu plus bas dans des pays avec un fort taux d’équipement des ménages en voitures (Europe et EU notamment).

    Coût CO2 de trois type de véhicules :
    Essence 436 g de CO2 par mile
    Diesel. 227g de CO2 par mile
    Électrique 186 g de CO2 par mile
    On ne parlera pas des autres polluants. Ces info viennent d’un tableau de moovebuilder. Cela semble aller à l’encontre de vos dires.

    Pour les problèmes de recyclage et de production des différents éléments d’une voiture selon le type, je n’ai pas trouvé. Il faudrait chercher.

    Pertes électriques sur le réseau français : 2,5% (http://fr.wikipedia.org/wiki/Ligne_%C3%A0_haute_tension)
    Je ne trouve pas pour le fossile. À voir entre perte en transport (su les côtes bretonnes) par évaporation c’est 0,6% à la pompe pour l’essence si on compte tout ça doit commencer à faire. Pour le charbon ça doit être assez faible mais je n’ai aucun chiffre.

    On peut encore continuer ainsi des heures…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Publicité