Les hommes des cavernes étaient défoncés !

Homme des cavernes

Il y a quelque chose d'indéniablement surréaliste dans les peintures rupestres, quelque chose d'un autre monde, voire même psychédélique... Et selon une équipe internationale de scientifiques, c'est parce que ces artistes des cavernes étaient complètement défoncés.

Oui, perchés, stones, raides, sous l’emprise de drogues hallucinogènes (rayez la mention inutile). Les chercheurs Tom Froese, Alexander Woodward et Takashi Ikegami de Tokyo ont étudié 40 000 ans de peintures rupestres, une étude exhaustive qui leur a permis de trouver des éléments révélateurs.

Les dessins en forme de spirale et de labyrinthe que l’on retrouve sur des parois parfois éloignées de milliers de kilomètres ne seraient pas dus au hasard. Etant donné que ces modèles sont conformes à ceux que beaucoup d’humains voient après la prise de drogues hallucinogènes, les scientifiques pensent que les hommes des cavernes antiques avaient plus en commun qu’on ne le présupposait… Ils aimaient tous se défoncer.

Turing

Tiens donc, si cela vous rappelle votre dernière soirée, c’est une mauvaise nouvelle !

Plus précisément connues sous le nom d’instabilités de Turing‘, ces hallucinations sont fréquentes après l’ingestion d’un certain nombre de plantes ayant des propriétés psychoactives. Ce n’est pas la première fois que ce type de conclusion fait surface,nos ancêtres connaissaient sans doute ​​les pouvoirs spéciaux des plantes et les ont peut-être utilisé afin de s’inspirer et de créer les premières œuvres d’art de l’homme.

La rigueur scientifique de cette dernière étude est cruciale, en plus de connecter les modèles connus de peintures rupestres avec les recherches modernes, les chercheurs ont également cartographié et associé les hallucinations à des régions particulières du cerveau, actives lors de la prise de drogues.

Ces peintures nous apprennent beaucoup de choses sur l’humanité au travers des âges. Elles nous enseignent non seulement que nous avons toujours aimé l’art, mais manifestement que nous avons toujours aimé la drogue aussi !

Tags :Sources :DailymailVia :Adaptive Behavior
  1. Avec un peu de chance, çà fera jurisprudence. Du coup, on aura le droit de taguer des grottes, à poil, tout en étant défoncé!

  2. Et bah dis donc. Si faire des gribouillis c’est associé à prendre des drogues, que dire des millions d’élèves (moi y compris) qui dessinent des lignes et des points uniquement guidées par nos rêveries. Et puis bon, les dinosaures n’ont jamais vécus avec les homme, m’enfin c’est pas grave.

  3. @kjo, faut lire l’article, c’est les dessins qu’on a retrouvé qui ressemblent aux dessins typiques de personnes sous drogues et non de dessins dans la marge qui eux ne sont pas typiques.

    1. A arobase picton, faut comprendre ce que j’ai écris, associer un dessin abstrait avec une certaine logique dans les traits à une prise de drogue c’est assez osé. La en est que de nos jours aussi des gens font cela, et sans drogues.

  4. Ça fait depuis les années 70 que des archéologues français clament haut et fort que les dessins rupestres étaient réalisés par des chamans ou pendant les rites d’initiation à l’âge adulte : en gros, rien de neuf …

  5. N’importe quoi. Donc les artistes n’existe pas, tous des drogués et des malades mentaux. Un régime totalitaire n’aurait pas dit mieux.
    A mon avis les « scientifiques » en question devraient arrêter eux mêmes de se défoncer.

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Publicité