100 000 ventes de véhicules électriques chez Renault-Nissan

Renault-Nissan

Si les véhicules électriques semblent promis à un bel avenir, les ventes, elles, peinent encore à décoller véritablement. Les causes sont nombreuses - manque d'infrastructures, d'aides, autonomie pas toujours convaincante... - mais les constructeurs ont tous parié sur ces véhicules.

Lors des Rencontres économiques d’Aix-En-Provence, Carlos Ghosn, président de Renault et de Nissan, a annoncé le chiffre des ventes de véhicules électriques. 100 000 ! Mais le PDG de poursuivre en déclarant qu’il ne prévoyait pas de « reprise forte en Europe pour l’automobile à moyen terme.

L’industriel franco-libanais-brésilien s’attèle donc à « préparer Renault à plusieurs années, au mieux, de stabilité du marché. » Et l’investissement conséquent dans l’électrique n’est pas une lubie, ni une quelconque tentative, « Ce n’est pas un pari, c’est une certitude ». Si les véhicules électriques peinent à décoller, nul doute que le marché est porteur…

Tags :Sources :Europe1
  1. Saviez-vous que la voiture électrique est une totale aberration ?
    Eh bien, sachez-le !
    Oui, j’en était grand fervent, je m’étais même laissé aller à y croire plus que raison, cotoyant les grands pontes de GDF Suez pour mettre au point cette solution que je pensais d’avenir…
    http://www.gatsbyonline.com/main.aspx?page=text&id=544&cat=auto
    http://www.gatsbyonline.com/main.aspx?page=text&id=511&cat=auto
    J’avais eu un doute en entendant Gérard Mestralet me dire que GDF Suez échangeait des paquets d’actions avec Total et qu’ils n’envisageaient ni l’un ni l’autre de se servir de leur réseau pour proposer des bornes de recharge électriques…
    De nos discussions (et j’étais au sommet), j’ai noté quelques points vitaux…
    - L’immense majorité de l’électricité dans le monde est produite à partir de la combustion d’éléments fossiles (pétrole, gaz, et surtout charbon). Or, toute conversion d’énergie d’une forme en une autre s’accompagne de pertes. Ainsi, la conversion de l’énergie thermique d’abord en électricité, puis en énergie mécanique conduit à des pertes bien plus importantes que la conversion directe d’énergie thermique en énergie mécanique dans un moteur classique. Donc, pour arriver au même résultat mécanique, on a besoin de plus de combustion d’éléments fossiles et, du coup, de production de CO2. A cela, il faut ajouter les pertes dues au transport de l’électricité… Les pertes sur les lignes sont considérables… et celles dues au stockage de l’énergie dans les batteries aussi…
    - Les réactions chimiques sont elles aussi des facteurs de pertes ?
    - Absolument ! Puis, encore à cela, il faut ajouter la consommation d’énergie nécessaire à la fabrication des batteries… et la pollution qu’elles représentent en fin de vie. En clair, si on regarde les choses globalement, les véhicules électriques sont une énorme aberration pour la consommation d’énergie, la production de CO2, et pour la pollution. Un véhicule électrique, ça n’a absolument rien d’écolo !
    - Ça ne fait que déplacer le problème en l’amplifiant, non ?
    - En France où on a 75% de l’électricité d’origine nucléaire on a certes un meilleur bilan sur la production de CO2, mais on a quand même les déchets nucléaires, c’est pas forcément mieux… et avec nos centrales qui arrivent en fin de vie, on va bien rigoler si il y a tout un parc de véhicules à recharger. Le moteur à explosion n’est pas une meilleure option, compte tenu des nuisances bien connues qu’il engendre (particules, CO2, bruit, etc.)… Il n’y a pas meilleure et plus durable consommation d’énergie que celle qui est à la hauteur des capacités du corps humain. En occurrence, pour le moment la meilleure des solutions, c’est clairement le vélo.
    - Vous êtes sérieux, là, parce que vous êtes quand même le patron de GDF Suez…
    - Très sérieux ! En effet, dans l’environnement actuel où l’énergie est abondante et pas chère, la distance ne constitue pas un problème, les véhicules à moteur transportent tout et partout, et l’option du vélo peut encore se discuter, quoi que, déjà…. Mais dans l’environnement de demain, très bientôt, l’énergie fera défaut, et des priorités devront être établies dans la consommation : le chauffage et l’alimentation seront priorisés, et le transport deviendra clairement secondaire…
    - Et un luxe…
    - La proximité deviendra un atout…
    - Exit la mondialisation, et le vélo sera véritablement au top, ahahahahaha…
    - Oui, le vélo, c’est une solution d’avenir, ce n’est pas une élucubration ! Équipez-vous dès maintenant d’un vélo et apprenez à le maintenir. Vous me remercierez.
    - Je vous en remercie déjà…

    1. ça c’est du blabla de comptoir. Pas de chiffre et des verités gratuites.
      Le rendement d’un moteur thermique est d’environ 20% en usage réel dans le meilleur des cas et 30% en régime établi.
      Le rendement d’une centrale a cogénération grimpe au delà de 80%
      cumulons la distribution / la charge / stockage / le moteur électrique : on tape sur un rendement global moyen réel de 60%.
      Donc au bilan, mettre 1 litre dans une centrale thermique on fait minimum 2 fois plus de km en electrique.
      Qui plus est la pollution CO2 d’une centrale rapporté au kW est moins élevée et décentrée des villes et lieu d’habitation. Donc de la santée publique.

      Quant a mettre les quantitée d’energie pour la réalisation d’un véhicule : en thermique compter un équivalent de 40 000 km de polution CO2 dudis vehicule. Pour un electrique, comme une leaf on se place sur quelque chose d’equivalent a une mégane car les batteries c’est complexe chimiquement mais diablement simple en fabrication. Sur un VE vous n’avez pas des corps de fonte a réaliser (haut moteur th°). Donc au bilan roulage sur une ddv de vehicule 200 000 km. L’elec se place devant loin la main.

      En revanche je vous rejoint sur un point : moins rouler, qu’on soit en elec ou en fioul, c’est mieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Publicité