Voici comment sont assemblés les objectifs chez Nikon

NIKKOR

NIKKORLes objectifs interchangeables Nikkor de Nikon fêtent cette année leurs 80 ans. L'occasion rêvée pour leur offrir un bel hommage, et lever le rideau sur leur processeur de fabrication.

Peu de gens savent comment sont crées et assemblés les objectifs interchangeables. Nikon s’est décidé à nous en dire un peu plus sur le sujet au travers une vidéo chaleureuse, dégageant une sensation de quiétude, de tranquillité.

En somme, le constructeur a su y faire pour rendre hommage à toutes ces personnes, à toutes ces mains qui oeuvrent dans l’ombre dans un seul et unique but : proposer des objectifs exempts du moindre défaut, et à la qualité optimale. C’est beau comme une poésie grattée sur un bout de feuille dans un rade, mais en même temps, l’objectif ne serait-il pas le prolongement de l’oeil du photographe ?

Allez, on s’arrête là avant de tomber dans le mélancolique, et on vous laisse admirer la vidéo qui suit :

N’oubliez pas, vous pouvez suivre Gizmodo.fr sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Google+ !

[gizmodo]

Tags :
  1. la lentille en verre reste la seule piece noble qui necessite encore le travail de l’oeil et de la main de l’homme. Tout le reste est du plastique c’est triste :(

  2. Wé, la musique…pffff!… J’ai pas compris pourquoi ils nous ont mis ce truc en fond sonore. Comme si c’était les derniers objectifs qu’ils fabriquaient. Faut pas pleurer les gens chez Nikon. Mais bon les goûts et les couleurs comme ont dit hein.

  3. Bon, je vais encore une fois ressortir le même discours / coup-de-gueule sur les optiques.
    Dans un appareil (boitier + objectif), c’est l’objo de loin l’élément le plus important. Et on le garde bien souvent à vie…
    Combien de fois je vois les gens changer de boitier, prendre des trucs haut-de-gamme-plein-de-mégapixels qu’ils n’utilisent qu’en mode full-auto, et y coller des « fonds-de-bouteille ».
    Dans 99% des cas où je rencontre une limite dans ce que je veux photographier, c’est une limite due à l’optique, pas au boitier…
    Mon boitier est un 350D qui date de 7 ans, mais mon optique principale ouvre à 2.8, macro (disons plutôt proxi-photo), stabilisée et moteur de focus USM.
    Certes, l’optique coûte sensiblement le prix du boitier nu, mais depuis que j’ai remplacé le 18-55 du kit, mon champ de possibilités a été dé-cu-plé, surtout en faible lumière (j’ai gagné 2 stops en ouverture et 4 de plus avec le stabilisateur optique) et en portrait avec la profondeur de champ. Et je parle pas du piqué.. Tout ça pour à peine 400Euro, la moitié du prix d’un nouveau boitier…
    Le 60D attendra…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Publicité