Quels revenus pour les artistes, à chaque MP3 ou CD vendu ?

argent

argentL'Adami vient de publier un rapport rudement intéressant, puisque dévoilant les revenus perçus par les artistes à chaque morceau vendu en ligne, à chaque CD écoulé.

Le mystère plane autour des revenus des artistes. Combien gagnent-ils sur chacune de leur vente en ligne, sur chacun des MP3 qu’ils écouleront via les plates-formes de distribution les plus usitées ? L’Adami nous offre un début de réponse. En se basant sur 662 contrats phonographiques, l’Adami explique que les revenus sont fonction du nombre de ventes : 3 palliers seraient en vigueur.

Si un artiste vend entre 1 et 50 000 albums, il va toucher 6.4% sur un CD classique (« physique »), soit environ 80 centimes d’euros sur un CD à 13€, et 5.1% sur un album téléchargé. Concernant le second palier, entre 50 000 et 200 000 ventes, il est question de 8.1% sur un album physique (1,05 centimes d’euros sur 13€) et 6.4% sur un album téléchargé. Le dernier palier, le plus intéressant, et amorcé dès les 200 000 ventes, offre 9.7% sur un album physique (1,26€ sur 13€) et 7.7% sur une copie digitale.

Sur la question d’iTunes, un artiste ne toucherait que 0,04 centimes d’euros sur un morceau vendu 1,29€. Terminons avec le streaming : on évoque 0,0001 euro reversés à chaque écoute réalisée par un utilisateur lambda, n’étant pas abonné, et 0,004 euro reversés pour une écoute réalisée par un abonné. Ouch.

N’oubliez pas, vous pouvez suivre Gizmodo.fr sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Google+ !

[chartsinfrance]

Tags :
Dernières Questions sur Gizmodo Help
  1. D’où pourquoi la majorité des groupes ou chanteurs font des concerts, de ce côté la marge est plus grande pour eux…
    Et au vu du prix qu’ils gagnent si Mega propose mieux, les majors risques de perdre énorme et je m’en plaindrai pas ^^

  2. Ces chiffres sont dans l’ensemble vrai. Je suis moi même musicien, et malgré nos faibles ventes (premier album, pas de gros label…), notre groupe ne s’en tire pas trop mal.
    Nous gagnons 1€ / cd physique vendu, peu importe le prix de vente (même si le prix est entre 12 et 14€…) et 50% des gains numériques.
    Après, ça ne fait vraiment pas grand chose quand on ne vends que quelques milliers d’albums, sachant que les frais d’enregistrements doivent être payés par le groupe. Pour rentabiliser notre album, il faudrait qu’on en vende 3000… ce qui n’est pas si simple à faire…

  3. oulah évitez de manipuler des chiffres quand vous avez que 5 minutes pour rédiger un article sinon ça donne des choses comme « il est question de 8.1% sur un album physique (1,05 centimes d’euros sur 13€) »

  4. Et qui se gave le plus dans l’affaire ? Les majors et les distributeurs !!! Bande d’enfoirés !! Artistes musiciens et chanteurs qu’attendez vous pour faire bouger les choses ! Ils se gavent comme des porcs sur votre dos !! Comment ? Associez vous et créez votre propre label !!!

  5. Oui, alors je n’aime pas vraiment les majors, mais ces chiffres sont à relativiser car au prix annoncé, il faut retirer la TVA. Ensuite, que gagne un auteur/compositeur/interprète ? Quel est la part du producteur et/ou du studio et et sans oublier l’arrangeur … ? Et la SACEM et autres joyeux organismes suceurs de « son » et de créations, il faudrait voir à ne pas les oublier eux aussi …

  6. Voici la réponse qu’un copain à moi, chanteur, m’a renvoyé pour Spotify.

    « sur Spotify quand tu écoutes un morceau, l’artiste touche 0,003€. si quelqu’un écoute mon album (9 titres) une fois je touche 0,027 euros. en gros pour toucher disons 27 euros, il faut que mon album soit écouté 1000 fois.
    sur Deezer c’est un peu mieux : 0,006 euros par titre écouté une fois. »

  7. C’est bien le propre de la presse d’aujourd’hui de ne montrer qu’une partie de la réalité pour guider le lecteur à penser comme l’auteur…
    Quelques chiffres en plus :
    Sur 13€ d’un CD il y 19,6% de TVA environ 2,5€
    Ensuite il y a la part du détaillant (FNAC et autres) qui est autour de 2,5€ (sur lesquels il faut payer des employés, le loyer du magasin, une mage…) et le prix de la fabrication du CD mettons 1€ pour faire simple car ça dépend du nb de CD produit et autres frais.

    Reste donc 7€ de CA pour un producteur (Major ou indep..)

    Ici les choses changent pas mal suivant si l’artiste a signé avec un major ou un indep, suivant s’il est interprète, interprète/auteur, ou encore interprète/auteur/compositeur (inutile de dire que les gains croient avec le nombre de « rôles »…)…

    Seulement là on ne peut pas raisonner uniquement au part par CD puisqu’il y a des coûts fixes qui suivant si le CD se vend bien ou pas changent le pourcentage. On ne peut donc pas dire que sur 7€ la maison de disque se fait 6€ et l’artiste 1 malheureux €…

    Prenons l’exemple d’une major:
    En général pour un premier album (11-12 titres) il faut compter environ 70 000€ de frais d’enregistrement studio (cachet des musiciens, loyer du studio, salaire d’un ou plusieurs ingénieur du son…On parle d’un vrai enregistrement studio, pas d’une maquette de garage!) et à peu près en première phase 100 000 – 150 000€ de marketing & promo afin que l’artiste soit visible du grand public (Si l’album décolle bien le producteur investira plus pour suivre la lancée de l’artiste) Sans compter que pour que l’artiste puisse travailler son album dans de bonnes conditions le producteur file souvent une avance à l’artiste (avance qui varie suivant la notoriété de l’artiste).
    Bref mettons 200 000 € , et cela ne prends toujours pas en compte les frais de structure du producteur (salaire des employés, bureau…), combien faut-il de CD pour qu’un producteur rentre dans ses frais et touche véritablement de l’argent ?
    200 000/6 = 33 334 CD (un disque d’or est attribué à un artiste qui vend 50 000 albums)
    A ce stade là l’artiste a déjà touché 33 334 € brut (ce qui fait pas beaucoup non plus), le producteur 0€ …

    Bon j’admets avoir fait quelques arrondis, je n’ai pas compté certain coûts et je ne parle que des ventes physiques mais cela montre j’espère que quelques chiffres lancés hors contexte ne veulent pas dire grand chose…

    1. et bah ils payent cher le cd les majors lol, j’ai un petite boite qui presse des cd pour 30cts/pièce si moins de 500 exemplaires, master inclus bien entendu. faut pas me faire croire qu’un disque sur de la quantité industrielle coute plus de 1centime d’euro a fabriquer
      ensuite si on suit ton raisonnement, le producteur mérite cet argent ? serieusement tu devrais t’instruire un peu, le producteur certe prend un risque mais si tu les écoute ils parlent de défendre les interets des artistes a tout bout de champ (voir un article précédent sur le site parlant d’une taxe pour ca) mais c’est eux qui touchent le gros du magot dans l’histoire, ils défendent surtout les interets de leur compte bancaire.

  8. Moi je pense que cela dépend des étapes de fabrication de l’œuvre jusqu’au vente (les travaux de reproduction Médias), parce le temps aussi c’est de l’argent. Tout compte fait, c’est la circulation de l’œuvre qui compte pour les artiste et les consommateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Publicité