Jeux vidéo : France 2 fait peur, France 2 est game-over

jeux video accro

Samedi soir, des milliers de Français ont regardé le journal télévisé de 20h sur France 2. Coincés entre des sujets terribles comme "la neige en France", ou encore "le concours Miss Ronde", il y avait ce titre énigmatique "enquête : les accros à la console". Et là, attention, ça fait mal :

Pour le journal de France2 en replay, c’est ici (c’est celui du samedi 19 janvier). Le reportage commence à 24:52. L’intro : des hommes de 18 à 30 ans passent jusqu’à 12h par jour devant leurs jeux vidéo. Rapidement, il est dit que ce phénomène de dépendance est « minoritaire », mais il existe. Et les minutes qui suivent sont brutales. Les mots « dépendance » « addiction » « aide médicale » sont lâchés. Le sujet est grave.

Tout d’abord le titre « les accros de la console » est une ineptie puisque ce reportage ne montre que des images d’un jeu PC. Passons. C’est pour faire peur à ménagère de moins de 50 ans qui a offert une Wii U à ses enfants.

On subit ensuite le témoignage de Damien qui passait près de 8 heures sur sa Gameboy quand il avait 10 ou 11 ans. Mais que faisaient les parents de Damien ? Franchement, quand un journaliste entend ça, pourquoi ne pose-t-il pas la seule question valable ?

Le reporter nous apprend que « les jeux en réseau sur Internet » sont « les plus addictifs ». Damien justifie ensuite son comportement. Il dit que les « jeux vidéo lui permettent de s’échapper de la vie ». La voix off confirme ce qu’on pressentait, il s’éloigne de sa famille, de ses amis et de ses cours. Heureusement, un hôpital a ouvert un service spécialisé dans la cyber-addiction. Puis, on voit les mains de Damien, les pieds de Damien, et finalement un psy qui ne nous apprend rien. Damien aime les jeux vidéo car il a un « sentiment de maîtrise ». La bataille contre la cyberaddiction passe par des « consultations » ou des « groupes de parole ». La musique d’ambiance est dramatique.

Bouchez les oreilles de vos enfants, le pire est à venir. On touche vraiment le fond quand une mère parle à visage cachée de son fils de 30 ans qui est « addict à Internet » (Tiens, elle est médecin ?). Puis l’histoire prend un tournant insupportable. Horreur absolue, chez lui : « il n’y avait pas d’alcool, pas de drogue ». Non, c’était pire ! « Il y avait des cartons de pizza sur le sol. » Elle rajoute « plusieurs épaisseurs » et ce n’est pas tout, il y avait aussi dans son appartement « des bouteilles de Coca-Cola partout ». Ils auraient pu prévenir ! C’est vrai quoi ! Il ne se drogue pas, ne boit pas et il a moins de 30 ans ! L’en*** !

Alors, je m’adresse à F. Prabonnaud, M. Niewenglowski et C. Forge ainsi qu’à Pascal Doucet-Bon, le rédacteur en chef de ce journal. Arrêtez de faire du sensationnalisme avec rien. Vous parlez de gens dépressif et vous accusez les jeux vidéo qui ne sont pas une cause mais une manifestation d’un mal-être. Grâce à vous, des milliers de parents sont inquiets quand ils voient leur enfant jouer aux jeux vidéo. Certains iront voir un psy. Certains se penseront fous. Est-ce vraiment l’idée que vous vous faites du service public ? Quand vous prenez la parole à une heure de grande écoute, vous avez des responsabilités, que diable !

Nous sommes en 2013, et vous ne savez pas encore que l’addiction aux jeux vidéo n’existe pas. Je vous invite donc à lire cet article et celui-ci écrit par l’excellent Yann Leroux. Puis, comme l’erreur est humaine, pourquoi ne feriez-vous pas un autre reportage montrant que le jeu vidéo n’est pas plus dangereux que la télévision, le sport ou l’éducation ? Et attention, si vous commencez à faire du journalisme, vous pouvez rapidement y prendre goût et devenir « addict à la vérité ».

Tags :
  1. Un bonheur á lire.
    C pas nouveau que les infos á la télé … bon F2 qui se met à faire du M6 …

    Nouvelle gestion pour 2013 sur FrTv

  2. Le jour où ils pondront une bonne ligne éditoriale, je lâcherai le net et serai de nouveau « accro » à la TV … normal que l’on trouve certaine personne soit disant « accros » aux jeux et internet : y’a plus rien à regarder sur le câble ou alors c’est que des choses déprimantes, si y bossaient comme sur certain blogs ça pourrait redevenir intéressant !

    Au passage, suffit de regarder les bêtisiers de fin d’années : 80% pompés d’Internet … ferait bien de se remettre en question.

  3. A la fin du reportage le type il (ou ses parents) a trouvé une copine et va lâcher ses jeux. Il va pouvoir rentrer dans le moule et acheter sa maison avec crédit sur 30 ans bien consommer et faire 2 gosses (même si il est moins heureux comme ça).

    1. Hey! ya pas de mal à acheter une maison! ça fée plus de place pour ranger les jeux vidéos.
      Et pourquoi pas avoir une salle de jeux perso!! :D

  4. Ah… Et c’est maintenant qu’on constate l’effet démago des médias? On oublie vite que ça ne date pas d’hier, tout est fait pour effrayer Mamie, et la faire voter et consommer… les jeunes, les arabes, les chinois, les homos, les fumeurs de joints, les pauvres, et j’en passe, tous sont armés et extrêmement dangereux

  5. Oula norédine, tu joues plus de 8h par jour pour réagir de la sorte? Je trouve que ce documentaire que tu résumes a quand même une grosse part de « vrai » malgré que tu le montres comme totalement erroné. Certes jouer 1-2h le soir ne nuira sans doute à personne, mais ceux qui deviennent addict comme les cas cités peuvent nuire à leur vie sociale, sans doute la chose la plus importante de la vie

    1. Je dis simplement que ceux qui passent plus de 8h à faire du sport, à regarder la télé ou à surfer sur Internet sont malades. Ils expriment ce mal-être autrement, mais la télé, le sport ou Internet n’est pas la cause. C’est très différent de ce qui est dit dans ce reportage

  6. L’auteur de l’article me fais penser à un gamin rageux qui va se faire punir par ses parents car ils auront vu les actualités. Vous parlez de journalisme … arrête ce métier l’amis c’est un conseil ;)

    1. de ce que je sache, les personnes qui écrivent sur gizmodo n’ont pas de cartes de journalistes, contrairement aux gens qui bossent chez fr2… avant de dire des conneries, réfléchi deux minutes !

  7. super article vraiment ! ça reflète bien la stupidité et l’inconscience des médias actuels par rapport aux jeux vidéos .. malheureusement le public plus agé a stigmatisé l’utilisation des jeux violents a de l’éducation pour serial killer ..

  8. Bien envoyé mon gars!!
    la seule fausse note étant que la manière employée et critiquée l’est très souvent par Gizmodo….
    Mais je suis tout à fait d’accord ceci dit :)

  9. Il aura quand même fallu qu’on s’attaque à un sujet de geeks pour que vous réalisiez que les infos disent ce qu’ils veulent!

  10. @Norédine, tu pourrait envoyer un mail (si ce n’est déjà fait) a la rédac du JT, car je ne suis pas sur qu’ils viennent sur ce site.

  11. belle article c’est bien de montrée la soi disant mauvaise face des jeux en ligne etc… mais ils parle pas des tournois qu’il y a des joueurs pro les joueurs qui gagne je sait pas combien de milliers et je parle même pas de millions dans des tournois ce n’est pas une excuse que je sort pour jouer mais sa c’est une face de laquelle il devraient le plus parler a mon avis.

  12. Quel courage du rédacteur du pigiste donneur de leçon ! Ça c’est de la pensée militante !
    Ce qui est énervant c’est de trouver des gens mobilisés sur ces sujets mais qui gobent bêtement tout le reste alors que les injustices les plus graves sont manifestes tous les jours dans ce type de journaux.
    Vous pensiez vraiment que les journaux télévisés était le berceau de la vérité ? Vraiment ?

    Et d’abord qui êtes vous pour parler de vérité ? Vos articles sur ce site connus pour ses prises de positions au dessus de tout soupçon et pour leur orthographe impeccable ?
    Parler de vérité est un sacré fardeau à porter et se servir de Gizmodo pour balancer vos idées en invoquant des grands principes est particulièrement pédant.
    Défendez de vrais causes même celles qui ne touche pas votre petit ego et sortez de votre boîte avant de venir faire des discours vides sur un site high tech. Merci

    1. En parlant de donneur de leçons…
      Sinon, je ne balance pas mes idées gratuitement. Je suis payé pour ça. Quelles sont les vraies causes dont vous parlez? Gizmodo est un site high-tech, nous parlons de sujets en rapport. En effet, il y a d’autres causes à défendre qui n’ont rien à voir avec la high-tech, et nous laissons la place à ces autres sites pour s’exprimer sur ces sujets.

    2. Suivant ta logique, ça me parait bien plus absurde et déplacé de poster un commentaire critiquant une critique des medias high-tech sur un site de high-tech, ou même de ne pas couvrir France 2 d’insulte pour avoir osé parler d’un sujet aussi insignifiant ! Les jeux videos ! Pouah !
      En ce moment même Luc, il y a environ 600 millions de chinois en train de se faire exploiter, des dizaines de milliers de maliens en train de se faire bombarder/exactionner/couper la main parce qu’ils ont volé, il y a Bradley Manning qui est séquestré par l’armée américaine, les pussy riots qui sont trop bonnes et des arbres innocents en train de se faire décapiter en amazonie, et même parait-il, des gens qui n’ont pas réussi à aller au travail parce qu’il neige !
      On sait tous que le problème de ta porte qui grince est moins important que la famine, mais c’est quand même un problème.

  13. Mouaif… Même si je me suis fait le même genre de réflexion sur la pertinence et le fond des sujets du JT de France 2, malgré un jolie style dans le coup de gueule, on peut tout autant regretter le fond de ton article qui finalement dénonce plus que ne corrige la vérité. Comme quoi, personne n’est a l’abri de vouloir attirer le regard sur soi sans avoir grand chose a dire…

    1. « on peut tout autant regretter le fond de ton article qui finalement dénonce plus que ne corrige la vérité ».
      Exactement, puisqu’il n’y a pas de vérité à corriger. C’est un mensonge.
      L’addiction aux jeux vidéo n’existe pas. Il y a des comportements obsessionnels qui prennent racine ailleurs. Cette obsession peut parfois se cristalliser dans le jeu vidéo, mais c’est plus fréquent dans les bagnoles, le foot ou la musique.

      1. Bonjour

        @Norédine
        Bien sur que la dépendance aux jeux vidéo existe !!!
        On peut être dépendant de tout donc aussi des jeux vidéos.
        Tu crois que la dépendance se limite à la cigarette, à l’alcool et aux joints ???
        Je n’ai absolument rien contre les jeux vidéos mais merci de ne pas comparer les jeux vidéos à Internet ou à la télé.
        Passer des heures à jouer sous prétexte que la télé est vide de tout contenu c’est faire preuve de mauvaise foi ou de débilité profonde.
        Les jeux vidéos n’apportent pas grand chose en matière de réflexion cérébrale excepté pour certains jeux bien spécifiques qui sont positifs. Je ne dis pas que cela te rend débile mais y passer trop de temps est quand même une belle perte de temps.
        Tandis que celui qui choisit ses programmes télés et ses sites internet ressortira forcément plus instruit que celui qui ne fait que jouer…
        Ta culture et ton savoir n’augmenteront pas avec les jeux vidéos tandis qu’avec d’autres médias c’est évident.

        A+

        Olivier

  14. pi en plus les jeux video ca fait mourir les épileptiques ! :o

    (débat des années 90 du même tonneau pour les plus jeunes d’entre nous)

  15. Perso j’ai pas été choqué par le reportage… la majorité des personnes auront compris qu’il s’agit de cas plutôt isolés et le reste, bah, ça sert pas à grand chose d’en discuter avec eux. Faut aussi accepter qu’il y a des cas graves, des mecs qui partent en vrille parce qu’ils passent trop de temps à jouer. Moi je trouve que ces derniers temps avec les fêtes et les divers salons, les médias parlent plutôt du jeu vidéo en bien. C’était pas une raison pour arrêter de parler des mauvais côtés non plus hein. Ça aurait pu être mieux tourné mais c’était pas non plus insoutenable. Et encore je dis ça juste pour pas te contrarier, je trouve ça carrément débile de faire un article si virulent pour un pauvre reportage coincé entre miss ronde et un autre truc bidon.

  16. Faut pas s’étonner que les médias télévisés casent du sucre sur le dos des jeux vidéos, ils sont aujourd’hui leurs principaux concurrents. Une personne qui joue devant son ordi ou à la console est une personne qui ne regarde pas la télé, donc moins d’audience, et moins de temps de cerveau à proposer aux annonceurs. Pire, quand la console se trouve sur la télé du salon, c’est le temps de cerveau de toute la famille qui passe à la trappe pendant que le fiston joue. Le but de la manoeuvre étant donc de faire peur aux parents pour les pousser à limiter un maximum de temps de jeu des rejetons afin que ceux ci se calent gentiment devant la télé, celle ci n’étant pas dangereuse pour leur santé mentale et leur vie sociale (pour citer un de mes anciens collègues de boulot « si, c’est vrai, ils l’ont dit à la télé).
    .
    Quant à l’enfermement dans les jeux vidéo, elle est le plus souvent la conséquence d’un isolement social, et non la cause.

  17. On pourrait avoir leurs mails pour leur demander des excuses publiques en prime-time ou faut’il que je le demande à Que Choisir (j’y suis adhérent)?
    Il va falloir que les éditeurs de jeux-vidéos se mettent à faire du lobying, sinon les JV resteront toujours la source de tous les maux de nos sociétés (massacre par armes a feu, obésité, timidité, réchauffement de la planète, DSK ;-)… )
    Les parents ne font jamais attention aux limites d’âge (ma compagne en vend tous les jours), et personne ne fait rien. Quand c’est marqué interdit aux moins de 18 ans, ce n’est pas pour rien. C’est comme si ces parents achetaient des films pornos pour leur petits !
    On ne parle jamais des études révélant les effets bénéfiques des JV comme par hasard (développement cognitif précoce, capacités d’analyses…)
    Moi, je fais tourner l’info de mon côté. Bonne soirée.

  18. Article magnifique. Un régal à lire, merci. Cest aussi peut-être parce que je passe beaucoup de temps à jouer (enfin énormément lol) et depuis tout petit. Ça fait limite parti de ma vie. Pour moi, c’est comem un sport (d’ou le sport éléctronique « eSport »). Néanmoins, maintenant j’ai 22 ans, je suis pas devenu fou (enfin un peu sur Call of Duty mais ça va) et ma vie me convient très bien et j’ai pas besoin de psy

    1. tout pareil. mon pere me donnait le biberon devant son atari st. j’ai toujours joué et ceux depuis tout petit. a 3 ans je tapait les highscore sur vrooooooom et jouait deja a speedball 2 (et ceux qui s’en souviennent confirmeront que de nos jours, il aurait ete 16+). est ce que je suis un terroriste aujourd’hui ? est je suis un cassos ? non. j’ai un taf, j’ai des potes, et j’ai une copine (meme si c’est compliqué … mais ce sont des choses qui arrivent non ?)
      tout ca pour dire, a quand une reconnaissance de l’esport ?

  19. Je confirme également bon article !
    Vu que je joue tout les jours je vais devoir prendre quelque Séance psy….
    On ce revoit dans 1 moi quand je serais lobotomisé :/

  20. Il est ridicule cet article.
    Non pas que le sujet de France 2 soit d’une grande qualité, ni peut-être même très honnête mais il n’est pas non plus censé être un sujet d’investigation. L’addiction des ados aux jeux vidéos est presque devenu un marronnier après Noël.
    Ce n’est en effet pas très intéressant, pas plus que les sujets sur les Marchés de Noël avant le 25 décembre, mais de là à écrire tout un article en forme de coup de gueule, c’est risible.
    Est-ce qu’il faut s’attendre à un coup de gueule de ce genre à chaque fois qu’un rédacteur de Gizmodo va se sentir visé par un sujet ? C’est quoi le prochain ? « FRANCE 3 CONSIDÈRE QUE NOUS, LES BRANLEURS SUR YOUPORN SOMMES DES NOLIFE PATHÉTIQUES » ?
    Et cette dernière phrase : « Et attention, si vous commencez à faire du journalisme[…] »…
    J’imagine que tu ne te considères pas toi-même comme un journaliste, si ?
    Sinon tu saurais qu’une « voix off » comme tu dis, ça s’appelle un commentaire dans une rédaction.
    Bref, je ne sais pas quel âge tu as, mais j’imagine que tu n’as plus 12 ans, alors s’il te plaît, respecte tes lecteurs, n’écris pas un billet comme tu le ferais sur un blog personnel, uniquement destiné à calmer ton humeur.
    Comme tu le précises dans les commentaires, tu es payé pour cela, alors merci de ne pas considérer Gizmodo comme un outil de soutien psychologique.
    Et plutôt que de nous faire perdre notre temps en écrivant « Alors, je m’adresse à F. Prabonnaud, M. Niewenglowski et C. Forge ainsi qu’à Pascal Doucet-Bon, le rédacteur en chef de ce journal. », écris-leur vraiment, sans nous en faire profiter, voici l’adresse et le téléphone : mediateurinfo@france2.fr 01.56.22.67.02

  21. Bel article ! Comme vous le dites, et à l’image de toute l’information aujourd’hui, on nous présente une conséquence comme une cause, on nous dit ce qu’on veut entendre pour mieux dissimuler la vérité. Tous ces medias sont à vomir … L’art de transformer l’information en désinformation.

  22. Le vrai problème c’est que le temps passé devant les jeux vidéo, c’est du temps de cerveau non disponible pour regarder les publicités à la télévision.

  23. Quoique moi-même geek et addict à mon Mac je ne peux que confirmer la teneur de ce reportage : on fabrique une 2nde génération de décérébrés (les parents sont déjà aux manettes dans bien des foyers). Allez faire cours à des mômes qui ont une courbe de sommeil inversement proportionnelle à celle de leurs perfs

  24. Jai 70 ans et la 1ére chose que je fais au lever, c’est de me brancher sur l’ordi et de jouer à bubble shooter et impssible de m’arreter, et en meme tps j’ecoute Telematin et aprés, Bourdin sur RMC et je ne m’arrete que qd j’ai plus de cigarettes ! C’est un pur hasard de me retrouver sur ce forum ! Et je n’ai t pas trouvé ce que je cherchais sur france2, mais je me considère comme ADDICT ! Ouais ! mais pas au jeu , à l’ordinateur surtout ! !
    Quel est mon problème Mr Noredine ? ? ?

  25. Ils auraient pu montrer ce reportage avant les fêtes de noel, histoire que les parents soient avertis, que l’industrie du jeu vidéo en prenne pour son grade et pour offrir des jouets en bois à leurs enfants, histoire de faire remonter l’industrie du bois…made in France les jouets en bois hein, faut pas déconner !!!

  26. Cet article est aussi inutile que celui de France 2 … Il ne faut pas se cacher derrière son petit doigt en niant qu’une minorité de personnes ont une véritable dépendance à certains jeux vidéo, en particulier quand ce dernier est « online » mais c’est aussi inutile de dire que « l’addiction » se généralise … J’ai vu des reportages sur Game One à propos de ce sujet : on loin de la propagande de France 2 mais aussi loin du coup de sang du rédacteur de cet article. Nier le problème n’est pas rendre service à la cause …

  27. Ah là, je dis chapeau !!! Un bon coup de gueule en bonne et due forme !! On se défoule probablement autant à le lire que tu as du te défouler à l’écrire.

    Même si ça à toujours été la politique des journaux (et de la TV en règle générale) de faire du sensationnel avec ce qui tombe sous la main…

    Les jeux vidéos ont parfois la vie rude, mais cette tendance baisse. La ménagère n’aura pas 50 ans éternellement et sera remplacée par une nouvelle ménagère, un peu plus au courant des choses… je l’espère…

  28. FR2 c’est F2P….

    Comprenez du Free To Provoke….

    Et en effet WOW sur console n’a pas encore été réalisable par contre il peut tourner sur tablette surface…
    En bref, pitoyable journalistes qui font de reportages sans rien connaitre et comprendre alors qu’ils ont tous un iphone et jouent à Angry Birds dans les WC….;

    Bref et pourtant il y a bien pas mal de gamers dans les bureaux de France Télévision, c’est dingue tout ça pour faire du Buzz.

  29. Ca me rappelle la bonne epoque de M6 :  » votre enfant ecoute du hard rock ou du metal ? Attention il doit etre gothique sataniste adorateur de cave et de sacrifice de hamster dans les cimetieres « 

  30. lol, nolife spotted. France 2 a touché une corde sensible ? :)
    Du coup tout ce qui est critiquable dans ce reportage, devient un prétexte pour le décrédibiliser ….
    Y’a quand même un fond de vérité qui ne fait pas plaisir à entendre ;)
    PS: Je ne regrette pas mon passé de hardgamer…

  31. « On subit ensuite le témoignage de Damien qui passait près de 8 heures sur sa Gameboy quand il avait 10 ou 11 ans.  »

    Ouais, il jouait à Pokémon comme tout le monde quoi.

  32. Le gars qui te sors que l’addiction aux jeux vidéos n’existe pas … Ca s’apelle l’addiction sans substance et ça à été étudié par des centaines de personnes qui ont un bac +8 en psychologie et c’est traité dans des centres exprès depuis longtemps. Je pense que tu n’est pas légitime pour affirmer que cela n’existe pas.
    Il est ridicule de vouloir surfer sur le fait de taper systematiquement sur les médias qui parlent des jeux vidéos. M’enfin …

  33. Tin ca me dégoute d’entendre tout ces stéréotypes sur ceux qui joue a la console. Perso je suis assez souvent sur les écrans et ca m’empeche pas d’etre éduqué de bien bosser en cours et d’avoir de la culture. Ceux qui en sont accros ne le sont pas a cause des jeux mais ils le deviennent parce qu’ils sont mal dans leurs peau. Toute facon c’est pas une grandes nouvelles de dire que les infos de 20h c’est de la merde. Quand on voit qu’ils nous font un reportage de 30 min sur les soldes et puis qu’ils te disent a la fin juste en passant que 100 personnes sont encore mortes en Syrie ca me dégoute parce que y font ca juste pour leur audiences, ce qui est encore plus affreux car cela veut dire que les gens sont plus interréssée par ls soldes que par leur frères et sœurs qui se font tué dans un pays. Jsais pas vous mais moi ca me dégoute..

  34. Le reportage est sans nul doute monté de façon à dramatiser les situations, mais un coup de gueule de cette nature n’est pas tout à fait justifié.

    Le problème de l’addiction existe. Comme le dit Norédine, il n’est pas spécifique au jeu video, et peut s’exprimer d’autres manières. Mais mon point de désaccord est sur le déni de caractérisation. L’addiction « aux jeux video », « à Internet », la « Cyberdépendance », sisi, ça existe. Ou alors, si ça n’existe pas, l’addiction « à la cocaine » n’existe pas non plus, ni l’addiction « à l’alcool », et encore moins l’addiction « à la nicotine » (dans leur composante psychologique uniquement, pour le coup). Il faut bien caractériser les choses, sinon on ne sait plus de quoi on parle.

    Bien entendu, chaque dépendance a son remède, et on n’imagine pas traiter un alcoolique strictement de la meme façon qu’un collectionneur de timbres (je n’ai rien contre les collectionneurs de timbres). Du coup, les traitements à la cyberdépendance sont à mon sens adaptés et certainement utiles. On espère bien qu’on finira par traiter la dépression ou le mal plus profond qui a permis à la dépendance de s’installer, mais là, on est déjà hors sujet.

    Pour finir, je dirais que meme si le reportage est exagéré, si cela permet à quelques parents de se poser des questions et limiter raisonnablement le temps de jeux de leurs enfants, ça sera toujours plus utile que de n’avoir rien fait du tout.

    Une dernière note sur un commentaire : un type qui fait 8h de sport par jour, il n’est pas malade, il est sportif professionnel (ou s’il ne l’est pas, il devrait l’envisager !).

    1. je suis bien d’accord. Je ne regarde pas le JT et je suis pas sure que le sujet m’aurait plus interpelé que ça, mais au moins cet article remonte le niveau global récemment observé, et soulève un débat interessant (à lire entre les accusations et les jugements de personne envers le journaliste).

  35. Bravo Norédine.

    Encore une fois, nous ne pouvons que déplorer que la « Télévision » n’est pas un moyen d’information mais un moyen de manipulation, d’endoctrinement et de propagande.

    Le sujet parlait des jeux vidéo mais que dire de la Télévision tout simplement.

    Combien de français seraient capables de se passer de la télévision ?
    N’y a t il pas là un vrai problème d’addiction !!!

    Quels sont les moyens d’informations des français ?
    Combien d’entre nous peuvent financièrement et temporellement lire la presse écrite tous les jours. Et surtout laquelle ?
    Tous les journaux télévisés parlent de l’intervention française au Mali. Combien de médias ont expliqué les raisons de notre intervention ? Je ne parle pas de la raison politique, la lutte contre les groupes extrémistes, mais des raisons non avouées … les raisons historiques, les raisons financières (ressources minières entre autre), etc …

    Bonne journée à tous

  36. En fait, j’ai presque tout lu, je suis un peu dépité, tant par l’article que par les réactions.
    Les jeux vidéos ont bon dos certes, mais avez vous réellement cherché les causes de l’addiction ?
    Je suis passé par pas mal de phases, l’alcool, les jeux vidéos, les séries tv en boucle…
    Jusqu’à ce que je comprenne que le problème c’était pas moi, mais ce que la société attendait de moi…
    On nous explique comment faire ceci ou cela, mais est ce que ça nous rend plus heureux pour autant ?
    Ben moi ça n’a pas fonctionné, alors j’ai simplement décidé de ne pas être ce qu’on attend de moi et je m’en porte vachement mieux, je n’ai plus d’addiction aucune, juste 1 heure de jeu par semaine, pas plus de 2 verres au même rythme et le mieux c’est que je me fout pas mal de ce que pense les biens pensants de me mon végétarisme, du fait que je pense qu’une fessée sur un gamin, ben si justement ça fait mal et c’est humiliant, que si les gens comprennent pas que mes enfants je les ai invité dans ce monde, ben je dois les considérer COMME des invités. Ben non, si un invité pète un verre, vous lui mettez pas sur la gueule à ce que je crois….
    Et ouais, le problème c’est pas les jeux vidéos, c’est ce monde qui veut vous donner une pensée unilatérale qui a mon sens ne respecte qu’une caste, dont les pensées sont douteuses…
    Les règles c’est indispensable, car le chaos porte bien son nom, ce n’est pas une raison pour que les gens en deviennent des zombies.
    Si vous voulez jouer 8 heures et que ça vous fait du bien alors tant mieux, tant que ça ne met en danger ni votre santé ni celle de vos proches, si vous le faites c’est que comme moi cette société n’est pas faites pour vous, tout un chacun s’adapte à sa manière pour sa propre « survie ».
    Sachez juste qu’au fond le problème c’est pas forcément vous…

  37. Dommage que votre article soit totalement biaisé.

    Je n’ai pas encore eu le loisir de regarder ce reportage mais uniquement en me basant sur ce que vous rapportez (et qui donc fait sens selon vous) je constate que vous êtes dans l’amalgame et le déni.
    Ces situations existent et sont problématique. Celà a l’air moins grave que l’alcool et la drogue, pourquoi pas c’est moins spectaculaire mais ça peut pourrir la vie d’un individu de la même manière.

    Comprenons-nous bien il est évidemment de très mauvais goût de diaboliser les jeux vidéos et les médias s’en donnent à coeur joie régulièrement. Mais l’addiction est un probleme grave et large et qui touche entre autres les jeux vidéos avec un mode d’action particulier car on peut « consommer » sans bouger de sa chaise, chez soi, notamment.

    Bref, le jeux vidéo n’est une manifestation de rien (votre phrase est mal tournée) mais l’addiction est la manifestation de certaines choses oui, et encore, on peut sombrer dans l’addiction sans forcément avoir un mal-être au départ simplement en surstimulant le circuit de la récompense. Les drogues et l’alcool le font de manière forte et malgré la volonté de l’utilisateur (à partir de certaines doses); les jeux c’est un peu différent mais on peut y arriver de la même manière.

    Ce n’est pas en niant une réalité dérangeante qu’on défend efficacement une cause. Il faut reconnaitre l’ensemble des situations d’addiction aux jeux vidéos pour mieux mettre en exergue tout le reste, le positif.
    En luttant de manière déraisonner et unilatérale contre l’aspect négatif, voire contre les vrais glissements inadmissibles des médias on finit par leur donner raison en passant pour des addicts en déni qui défendent leur bifteck sans raisonner

  38. Mais quand on voit les débilités diffusées à la télé (je ne vais pas donner de noms mais on va dire qu’il y a 1 bonne émission pour 100 excréments audio-visuel aka Télé Réalité) je leur donne que ça donne envie d’être « accro au Net » !

  39. La seule chose sur laquelle je ne suis pas d’accord avec cet article, c’est de dire que la cyber dépendance n’existe pas. Pour preuve, je suis cyber dépendant. Cela ne m’empêche pas d’être marié et d’avoir des enfants, un boulot ou je vais chaque jour, mais oui quand je rentre, je suis connecté et je joue plusieurs heures. Presqu’autant d’heures de jeu que de taff. Alors oui, cela existe, et c’est aussi dure de décrocher que la clope. Pour le reste, F2 a fait du sensationnel, c’est pas la première fois, mais au moins ce coup-ci, ils n’ont pas dit que les cyber dépendants tuaient leurs parents ou leurs enfants.

  40. T’as envoyé ton article à la rédaction de France 2 ou tu fais la révolution dans ton salon ?

    Non parce que sinon, à part faire parler de toi dans un cercle d’initiés, ta démarche ne sert pas à grand chose.

  41. « les jeux vidéo qui ne sont pas une cause mais une manifestation d’un mal-être »
    Peut-être, mais il n’empêche que les jeux vidéos accentuent ce mal-être et isolent toujours un peu plus ceux qui n’ont ni la force ni la volonté d’y échapper.
    Quand on passe jusqu’à 10/12h/jour rivé à son écran, c’est de l’addiction, aussi destructrice que le cannabis ou le tabac !!

  42. FR-TV c’est devenu une véritable poubelle en l’espace de 10 ans.
    Ce qui me fait peur c’est qu’il y a encore des gens qui regardent le distributeur de temps de cerveau en 2013 ; on est foutu.

  43. J’aimerais juste rappeler à tous les détracteurs du jeu vidéo qu’il y a peu, l’AGDQ 2013 (Awesome Games Done Quick) a eu lieu au Etats-Unis. Le but : des « superplayers » se relaient pendant 1 semaine, et finissent des jeux le plus vite possible, le tout afin de récolter des dons pour la lutte contre le cancer.

    Cet évènement est passé inaperçu dans les médias français, alors nous disposions justement de commentateurs francophones, qui ont pris sur leur temps libre pour nous assurer un restream français 24h/24.

    Pour revenir aux sujets des détracteurs du jeu vidéo, cet évènement a permis la récolte de plus de 400.000$. Oui oui, plus de 400.000$, reversés à la lutte contre le cancer.

    A réfléchir….

  44. vous êtes injuste envers France 2.

    Ils essaient de défendre leur produit (des émissions de télé) en cassant du sucre sur la concurrence (les jeux vidéo). Vous êtes drôle vous, ils font pas ça par plaisir hein, mais pour défendre leur gagne-pain, snirRRrfl..

    ha vous espériez de l’honnêteté ? vous en avez oui, mais uniquement quand leur survit n’est pas en jeu.

    Google, Apple, Jeux vidéo, etc à terme tout cela anéanti la valeur commerciale de la télé, et même l’intérêt de la nation pour des chaines « publiques ».

    Autant avoir des télé avec fonction youtube/dailymotion et les allocutions du président, parlement et des programmes culturels du patrimoine français dispo dedans, et hop fini tout le bazar france télévision.

  45. « On subit ensuite le témoignage de Damien qui passait près de 8 heures sur sa Gameboy quand il avait 10 ou 11 ans. Mais que faisaient les parents de Damien ?  »

    Ben ils jouaient à Sim City et Warcraft sur PC évidemment. tsss… Et ça bouffait du temps.

  46. je suis pas d’accords sur ce type de reportage certes, mais quand je lis l’addiction aux jeux vidéo n’existe pas je dit que c’est faux, j’en ai moi même été « victime » à une époque, et ca tournait a 20h par jour. Mais je m’en suis sorti grace a mes compagnons de jeu , par contre de la a dire que c’est une pathologie grave faut pas abuser, il suffit juste d’avoir conscience de ce qu’on fait et d’évité de véhiculer des idées comme ca.
    lle probleme de ce genre de reportage c’est qu’ils prennent bien les pires cas ou alors qu’ils tournent les phrase de maniere a ce qu’on puisse croire que c’est la réalité. si ils veulent qu’on parle de ce probleme qu’ils m’appellent , je veux bien le expliquer ce qu’est la réalité de l’addiction a un jeu vidéo.

  47. Ca change des articles des autres bloggeurs,
    ça c’est bon comme souvent venant de Norédine, merci à toi ! Si tu pouvais filer quelques cours aux autres florence, ben, morgan et compagnie…

  48. Je lie les commentaire et ça m’enerve. Pour ceux qui ne savent pas lire(Je sais, moi, je ne sais pas ecrire vu le nombre de faute dans mon message):
    l’auteur de l’article dit qu’il n’y a pas d’addiction et seulement un mal-être qui pousse les gens à rester cloitrer chez eux. Voilà c’est tous.

    Maintenant pour ceux qui s’imagine être addict aux Jeux vidéo, vous êtes ridicule. Allez parler de ça a un vrai drogué qui consomme cocaîne, heroîne ou alcool ,il va bien vous rire à la geule. Il n’y a pas de dependance au jeux video vous vous ne retrouverer pas mal en crever et si vous avez passiez 8H à jouer quand vous etiez gamin vous ne replongerer pas à la première partie.

    Sinon, il m’arrive souvent de rester scotcher à un roman pendant plusieur jour suis-je biblio-dependant, bah non , il y a juste des jours où j’ai rien de mieux à faire. Le problème, est aussi que certaine personne quand elles sont concentrer sur une activté ne sont pas capable d’en decrocher.

    Et de nos jours passer 8h sur un ordi ne fais pas de vous un addict, il a seulement que sur un PC il est possible de lire la presse,de regarder des serie, jouer au jeux video, ecouter la musique programmer des logicielle pour ceux qui aime , faire de la compta pour le boulot,lire le bescherelle(dommmage , je fais pas) … la liste est longue donc forcément ça fait d’autant plus de raison de rester derrière l’écran.

  49. Définitions de addiction, nom féminin :
    1. Dépendance à une drogue; toxicomanie.
    2. Toute dépendance ou attachement malsain à une substance, à une activité. Un jeu vidéo qui crée un véritable effet d’addiction.
    (source : dictionnaire Antidote)

    Sur la forme :
    À en croire les nombreux commentaires qui émaillent de nombreux articles, Gizmodo est mal placé pour donner des leçons de journalisme, entre les reprises d’info pas toujours fiables ou mal traduites, les saillies peu objectives comme cet article, ou encore les très nombreuses fautes (visiblement il vous manque l’indispensable secrétaire de rédaction des vieux médias pour veiller au grain).

    Sur le fond :
    La dépendance au jeu, à la drogue, au sport, au shopping, voir à l’amour… Le sujet est plus complexe que ce coup de gueule pas très finaud, Norédine. On trouve sans mal des psychologues spécialistes sur le sujet. Dans le passé, j’ai gardé un gamin de 15 ans qui m’avait demandé de le « seuvrer » de Warcraft en changeant ses codes d’accès. Plus récemment, j’ai le souvenir d’un tabacologue de la Pitié que j’ai interviewé (je suis aujourd’hui journaliste, dans ces chaînes que nombreux critiquent avec facilité et méconnaissance) qui m’expliquait que la dépendance physique à un produit comme la nicotine disparaît dans les heures qui suivent l’arrêt de la consommation, mais que la vraie dépendance, psychologique, met, elle, beaucoup plus de temps à être soignée.

    Maintenant, quitte à faire un coup de gueule et donner des leçons de journalisme, pourquoi ne pas te rendre devant France TV, une petite caméra au poing, pour interpeller directement le RedChef et le rédacteur du sujet (en général le premier, voir le deuxième nom, je pense que le preneur de son t’enverra bouler). Vise 10h, heure des conférences de rédaction des principaux JT de 20h. Comme ça tu pourras nous poster quelque chose qui aura un peu plus de coffre et de répondant (voire de source !) qu’un « que diable » assez anonyme et sa source vaseuse qui a autant de légitimité à écrire sur le sujet que ma grand-mère à parler du CAC40 !

    1. Cher Hugo,

      Je vais donc commenter votre commentaire puisqu’il regroupe plusieurs idées émises par d’autres et que je ne peux répondre à tout le monde. Les autres me pardonneront, je l’espère.
      Tout d’abord votre définition du dictionnaire Antidote n’a aucune valeur. C’est le dico du parfait rédacteur, mais hélas, pas du médecin. Vous auriez aussi bien fait de demander à votre grand-mère.
      De mon côté, je préfère me référer à l’académie de médecine (une source autrement plus fiable pour un journaliste qui doit parler de pathologie, n’est ce pas ?) Il est dit :
      « Il n’y a pas de consensus scientifique sur l’existence de réelles addictions aux jeux vidéo. En l’absence d’études précisant leurs critères, il est préférable d’utiliser le terme de pratiques excessives, moins stigmatisant ».
      Source : http://www.academie-medecine.fr/detailPublication.cfm?idRub=27&idLigne=2302 )
      Donc « pas d’addiction ». Vous en conviendrez.

      Sur le fond, vos seules sources sont un gamin de 15 ans persuadé par des gens comme vous qu’il était accro, et un tabacologue (quel lien avec les jeux vidéo ?). Ensuite, je suis heureux d’apprendre que vous réalisez des reportages pour la télé, et comme vous me donnez des suggestions de sujets, je vous invite également à creuser le sujet, à rencontrer des spécialistes, et à donner un peu plus de poids aux commentaires que vous laissez sur ce site.
      Cordialement,

      PS : Quand à mes sources, une simple recherche sur Google vous montrera qu’elles sont autrement plus légitimes que celles que vous avez présentées jusqu’alors.

      1. Quelle mauvaise foi crasse ! C’est si facile de jouer avec les « sources » et les interprétations, surtout quand on les sort de Wikipédia… http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9pendance_au_jeu_vid%C3%A9o
        Le reste de l’article est d’ailleurs beaucoup moins tranché, et l’académie de médecine ne fait visiblement pas consensus mondial.
        Sinon, je te conseille de parler de ton problème d’irritabilité vis-à-vis de la sémantique du jeu vidéo à l’Institut du Jeu excessif, à Joueurs écoute info service, SOS joueurs ou encore au Centre de référence sur le jeu excessif…
        Mais stop, ce n’est pas le débat et on va éviter de virer à l’autotrollage dans lequel tu sembles bien parti, surtout pour un article aussi douteux à la base.
        Par ailleurs, je n’ai avancé aucune source, j’ai juste parlé de souvenirs pour expliquer que sans chercher très loin, ce n’est compliqué ni d’avoir des témoignages, ni de trouver des spécialistes sur un sujet, la dépendance, qui est plus complexe qu’une diatribe simpliste et qu’avant de s’en prendre à France 2, il vallait mieux balayer devant sa porte. Maintenant, comme ça a déjà été mentionné, le sujet a déjà été largement traité et si on en remet une couche, dans un sens ou dans un autre ou même -soyons fous- avec des avis dans les deux camps pour un reportage objectif, on se fera quand même taxer de médias orientés, complotistes, judaÏques etc. (notons que ça marche avec beaucoup d’autres sujets que les jeux videos).
        Enfin, comme tu m’as l’air d’un bon donneur de leçons, je t’encourage une nouvelle fois à aller crier haut et fort ton mécontentement à ses salauds de journalistes, mais caméra u poing que l’on puisse profiter de ta bravoure ailleurs que caché derrière un ordinateur…

      2. La réaction d’Hugo m’effraie … voilà nous y sommes donc, France Télévision décrète une vérité sur un sujet qui à mon avis est très loin d’être maîtrisé et manifestement la critique n’est pas tolérée.
        Désolé mais cet article est loin d’être représentatif. Tout comme votre collègue du Point, Claire Gallois, France Télévision a mélangé dans ce sujet tous les préjugés et raccourcis possibles. Rien n’est documenté, on prend 3 cas extrêmes, un spécialiste en blouse blanche (hein ? son domaine n’a rien a voir avec le jeu vidéo ? bah oui mais c’est un spécialiste !!) et hop on réveille les vieilles peurs des ignorants en leur servant du prêt à penser, on réfléchit à la place du téléspectateur.
        Un beau documentaire de merde comme la télévision sait en produire de plus en plus régulièrement.

        Les témoins, parlons-en … la télévision fascine encore, il n’y a qu’à voir les hordes de décérébrés qui postulent pour les émissions de téléréalité. Je ne m’étonne donc pas que vous trouviez nombre de « joueurs » se déclarant addicts mais qui seraient prêts également à se déclarer unijambistes juste pour pouvoir faire coucou à la classe de Terminale G4.

        Bref on retrouve ce goût de chasse aux sorcières du 21eme siècle, déjà présent dans les reportages sur les Jeux de Rôle (bwaaargh nous sommes tous des démonistes qui allons saccager les cimetières des pauvres français … ayez peur !!!), sur le Hard-Rock et je ne sais quoi encore.
        Sortez de vos rédactions, confrontez-vous un minimum à la réalité, allez interviewé des vrais joueurs de JV, renseignez-vous sur les communautés de joueurs (Millenium par exemple) et arrêtez d’écrire des conneries quand vous vous ennuyez. Peut-être vous ouvrirez-vous un peu au monde dans lequel vous êtes censés vivre.

  50. Bonsoir !
    Comment réagir face à cet article de FR2 ? Ce n’est pas le premier et ça ne sera pas le dernier.
    Le problème c’est que d’un coté comme de l’autre, nous faisons souvent l’amalgame entre les articles sur les pseudo méfaits des jeux vidéo et les articles sur les accros aux jeux vidéos. Ici, on parle bien d’accros aux jeux vidéos, il est alors normal que FR2 présente des cas relativement extrême d’hardcore gamers. Le problème lié à ce type d’article, c’est que les ménagères lambda, n’ayant jamais joué car pas de leurs générations et ne prenant pas le temps de s’y intéresser voient leurs enfants geeker sur leurs PC/consoles et s’affolent pour rien. Votre fils est timide ou bien obèse ? Etes vous vraiment sur que c’est à cause de ses soirées passées sur l’ordinateur, moi je ne crois pas.. Le problème de fond dépend également tellement du point de vue dans lequel on se place qu’il est difficile de juger de la crédibilité de FR2 d’un coté et des gamers de l’autres. L’un perd de la clientèle à cause de ce « terrible maux de la société » et l’autre se voit passer pour une drogue dépourvue de toute intelligence et rendant asociale. Personnellement, je suis friand de jeux vidéos c’est pourquoi j’aurais aussi tendance à largement défendre les jeux vidéos car je connais leurs bien faits ( et j’arrive parfaitement à allier jeux vidéos avec intelligence et vie sociale pour tout ceux que ça peut rassurer.. )
    On est donc sur un éternel débat en faveur des médias, car c’est eux qui, sans nous dicter que penser, nous dictent de quoi discuter et en l’occurrence décribilisent les jeux vidéos..

  51. Des volontaires pour faire un tournage/montage sur le thème « Le sport, un danger insoupçonné » ? Nous y développerons les idées comme quoi le sport contribue à la fatigue, à l’essoufflement, à la transpiration qui nous éloigne de nos proches, mais aussi à la violence pendant les compétition, aux régimes calorifiques, en passant par les produits dopants cancérigènes. Ensemble, nous dénoncerons : Le sport, c’est le mal !

    Des partants ? Aller, y’a pas une équipe de FR2 qui se tourne les pouces ? Même pas des stagiaires à prêter le temps d’un weekend ? 2 ou 3 docteurs en blouse blanche qu’on peut soudoyer pour dire un petit laïus dramatique sur fond de « Requiem for a dream » ?

  52. Un bon article qui explique clairement les intérêts des médias actuel: créer un climat de terreur. Le but ? et bien la consommation ! irait-on voir des pays pour cela avant ? certainement pas, et pourtant les gens vont suivre la télé car pour eux ce que l’on dit a la télé est une information pure non modifié, c’est leur vérité pourtant et non la vérité. Sans compter qu’il me semble qu’une étude à noté que la pratique régulière de jeux vidéo permettrait un développement cognitif légèrement supérieur à la moyenne donc à étudier.

    ( http://www.scienceshumaines.com/les-jeux-video-sont-ils-bons-pour-le-cerveau_fr_15191.html )

    De nos jours il faut cesser de stigmatiser les joueurs de jeux vidéos et les faire passer pour des dépendants de leur pratique et des gens d’une extrême violence. Une étude canadienne dont la méthode est remise en cause parle clairement d’un lien entre violence et jeux vidéos (violent évidemment) en faisant un petit raccourci pour dire que les jeux vidéos rendent violent; mais il faudrait aussi se demander si ce ne sont pas les gens dis « violents » qui sont alors plus enclin à la pratique des jeux vidéos que la population générale ?

    ( http://www.jeuxvideo24.com/news-multi-une-large-etude-sur-l-impact-des-jeux-violents_35172.html )

    « Etat psychique et quelquefois également physique résultant de l’interaction entre un organisme vivant et une drogue, se caractérisant par des modifications du comportement et par d’autres réactions, qui comprennent toujours une pulsion à prendre la drogue de façon continue ou périodique de façon à retrouver ses effets psychiques et quelquefois d’éviter le malaise de sa privation. »
    définition de l’OMS.

    Avec cette définition effectivement on peut facilement inclure les jeux vidéos comme drogue pouvant donc provoquer une dépendance. En jouant aux jeux vidéos on va modifier son comportement (plus isolé et immergé dans le jeu). « comprenant une pulsion à prendre », la pulsion étant une envie soudaine et importante dans le but de diminuer l’état de tension provoquer par le manque ici on peut remettre cela en cause car pour la plupart les jeux vidéos servent à se détendre d’un stress provoquer par une autre cause (le travail par exemple); « éviter le malaise de sa privation » sincèrement est-ce qu’on retourne jouer au jeux vidéos par manque de ceux-ci ou plus par envie de retrouver des gens, une communauté certe virtuelle derrière les écrans il y’a bien des joueurs jusqu’à présent.

    Néanmoins pour les journalistes qui vont tout de même inclure les jeux vidéos comme une drogue, il faut rappeler que c’est comme tout: à utiliser avec modération. De nos jours tout peut devenir une drogue.

    Prenons le chocolat:
    Il provoque des modification du comportement et d’autres réactions (libération de dopamine créant une sensation de plaisir, modification biologique et comportementale). Le chocolat est pris généralement dans un état de mal-être dans le seul but pour retrouver la sensation de plaisir voir même sans raison just epour retrouver cette sensation de plaisir, que l’on en prenne en continue pour ne pas perdre cette sensation ou par intermittence quand l’envie est là. Alors dans ce cas le chocolat est une drogue !! il faut faire attention à se consommation il peut créer une dépendance et rendre les gens violents.

    On arrive au raccourci souvent utilisé pour les jeux vidéos qui nous donne alors que le chocolat rend violent.

  53. Mouais.
    J’ai passé des jours, des mois a jouer. J’en avais envie, parfois j’en avais besoin. J’ai passé des nuits blanches sur certains titres (ff7, diablo, wolf ET) ca n’a pas fait de moi un associal ou un depressif.
    J’ai deux filles, une femme une maison et des amis.
    Mes filles ont des consoles de jeux et moi même je joue encore.
    Je me souviens avoir passe de super moment sur certains jeux, pourquoi par « Peur » (peur de quoi d’ailleurs) je priverais mes enfants de petits plaisirs que j’ai eprouves.
    Jouer au JV n’est pas plus stupide que de jouer aux toupies bayblade, ou de regarder one piece.
    Je prefere voir ma fille jouer a professeur layton que de comater devant les clips M6.
    Je connais des gens accro au travail au point d’en perdre leur famille et leurs amis.
    Je connais des gens accro a la lecture au point de preferer se refugier dans un monde honirique que de discuter avec leur entourage.
    Je connais des gens accro au cinema au point qu’il ne parle plus que de ca et de rien d’autre.
    Donc les jv, j’y joue, mes enfants y joueront et j’ai plus peur du compte FB que d’une ds ou vita.

  54. Allez faire comprendre à des alcooliques les méfaits de l’alcool… il n’y croiront certainement pas. Mais Norédine n’a pas les gamins en cours en face de soi, crevés de leurs soirées devant le PC, incapables d’apprendre quoi que ce soit et de se concentrer 2mn. Tout ça c’est aussi « virtuel » que les ennemis qu’il doit dézinguer à tour de bras en croyant être le maître du monde. Norédine n’a pas de préoccupation terre-à-terre, il vit dans un monde parallèle où il a toujours raison.
    Nan, je suis pas vieux et oui, je suis addict à l’ordi, c’est mon outil de travail. Les outils, c’est toujours l’usage qu’on en fait qui importe. Un peu de jeu de temps en temps, pourquoi pas ? Mais passer plusieurs heures par jour devant un écran alors qu’on est en pleine construction de sa personnalité, qu’il y a tant de choses à apprendre qu’on va rater, et faire mumuse dans un loisir non créatif, solitaire (si, si…), sans AUCUNE plus-value intellectuelle…
    Alors si, l’addiction aux jeux vidéo – douce ou dure – existe et mériterait une vraie étude sociologique. Et non, elle ne ressemble pas à d’autres addictions : elle rend juste un peu c***.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Publicité