‘Les femmes sont comme de l’herbe, elles ont besoin d’être battues/coupées régulièrement’

Thorlaug Agustsdottir

Thorlaug AgustsdottirUne phrase choquante n'est-ce pas ? Pour le réseau social Facebook, elle n'a pas été considérée comme de l'intimidation, du harcèlement ou de la haine pendant plus de 48 heures et ce malgré de nombreuses plaintes.

Nous avons récemment vu se mettre en place une nouvelle politique de la part de Facebook, elle prohibe les discours haineux, menaçants, ou pornographiques. Egalement ceux qui  incitent à la violence ou contiennent de la nudité, violence. Parfaitement logique sur le papier, sauf que ces déclarations deviennent douteuses de la cadre de la violence faite envers les femmes.

Hélas on ne peut guère tout maîtriser sur le web et particulièrement sur les médias sociaux. Il n’est pas rare de voir de nombreux utilisateurs s’amuser à publier des images ou commentaires qui favorisent le viol et la violence sur les femmes. Si le discours de Facebook est limpide concernant ces abus, la modération laisse parfois franchement à désirer.

Une femme islandaise nommée Thorlaug Agustsdottir est tombée sur une page Facebook intitulée ‘humour controversé – les hommes sont meilleurs que les femmes’. Peu après, un utilisateur a posté une photo d’elle retouchée, de telle sorte qu’elle semblait battue, accompagnée de cette légende ‘Les femmes sont comme de l’herbe, elles ont besoin d’être battues/coupées régulièrement’.

La jeune femme s’est empressée de signaler cet abus évident à Facebook. Quelques heures plus tard, elle a reçu un avis indiquant que l’image ne satisfaisait pas aux critères d’enlèvement. Elle a réitéré sa demande à maintes reprises. Résultat identique ‘cette image n’a pas été retirée’.

Il a fallu le soutien de nombreux compatriotes et près de deux jours pour que l’image disparaisse, il est d’ailleurs impossible de savoir si l’auteur de l’image l’a retirée ou bien si l’action émane des modérateurs du réseau. Au bout de quelques heures, la page douteuse elle-même avait disparu.

Ce n’est pas la première fois que le réseau entre dans ce type de polémique. À la fin de 2011, le réseau n’avait pas daigné supprimer une page préconisant le viol. Facebook avait alors expliqué qu’il ne considérait pas la page comme pro-viol, mais comme de simples opinions (sic).

« Les groupes ou les pages qui expriment une opinion sur un état, une institution ou un ensemble de croyances – même si cette opinion est scandaleuse ou choquante pour certains – ne suffisent pas à violer nos politiques. »

Un représentant de Facebook a fait une déclaration quant à l’affaire Thorlaug Agustsdottir. Il explique à Wired :

«Nous prenons notre Déclaration des droits et responsabilités très au sérieux et nous tentons de réagir rapidement pour retirer les contenus signalés. En général, les tentatives d’humour, même les plus répugnantes et désagréables, ne violent pas nos politiques. Lorsque les menaces sont réelles ou de véritables déclarations de haine, nous allons les supprimer. Nous encourageons les gens à signaler quoi que ce soit qui serait susceptible de violer nos politiques en utilisant les liens de rapport situés un peu partout sur le site. « 

Il n’empêche, si l’image d’Agustsdottir, avec une légende explicite de violence contre les femmes, n’a pas été considérée comme de l’intimidation, du harcèlement ou des propos haineux par Facebook pendant plus de 48 heures, la Toile est en droit de se poser des questions.

N’oubliez pas, vous pouvez suivre Gizmodo.fr sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Google+ !

Tags :
Dernières Questions sur Gizmodo Help
  1. Et le second degré ? l’ironie ? l’humour noir ?
    J’ai pas les circonstances, mais c’était sur un page « humour controversé »… bon bah ça a suscité la controverse, le contrat est rempli de ce coté là. Pour l’humour c’est à voir.

    C’est vrai qu’une telle blague que je ferais à ma femme, que ma femme me ferait, avec du contexte et tout, des gros panneaux « humour noir, attention », à mon avis ça pourrait passer… ça dépend des personnes à qui on parle et du contexte, et comme qui disait « on peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui ». Bon bah déjà, pas avec elle et pas avec sa photo à elle et en public ouvert à tout le monde (à mon avis elle est là, la grosse faute : que ce soit en public et pas restreint au cadre strict de la private joke entre elle et l’auteur)

    C’est peut-être aussi moi qui suit naïf. J’imagine mal un gros beauf être assez intelligent pour faire des jeux de mots et être mal intentionné.

    1. On peut rigoler de tout, mais pas avec n’importe qui! (et pas n’importe où non plus).
      Dans un contexte privé, ça passe (suivant les situations/gens…etc).
      Sur facebook je trouve ça juste idiot. Mais bon… ça n’engage que moi!

  2. En même temps, facebook n’en a rien à branler des appels à la haine. Les groupes prônant l’homophobie, les violences conjugales, les viols et j’en passe y sont des milliers…y’a plus qu’à espérer ne pas tomber sur un de ces dingues irl. Pouvez pas savoir à quel point c’est « fun » de se faire suivre par un mec jusqu’à chez soi juste parce que ce type trouvait que ce serait rigolo de faire flipper une nana le soir…

    1. Bonjour

      @Anon
      Suivre quelqu’un dans la rue n’est pas interdit, tout du moins en France.
      Et encore heureu,; nous avons encore la liberté de circuler.
      Après si une femme à peur dans la rue je dis qu’il faut arrêter d’urgence de regarder TF1.
      Une femme est extrêmement en sécurité en France.
      La criminalité n’a jamais été aussi basse de toute l’Histoire de l’Humanité.
      Je ne dis pas qu’il y a un risque mais il est très proche de zéro.
      Stop à la psychose !!!

      A+

      Olivier

  3. Les femmes doivent être respectées, tout comme notre planète, les animaux et notre espèce. C’est dommage que certains Hommes pratiquent encore l’esclave sous une forme ou une autre. Et quant aux groupes Facebook, qu’ils soient appel a la haine, a l’amour ou autre, sont en général uniquement présent pour récolter des contacts pour spamer les membres du groupe plus tard, ou revendre leurs coordonnées a d’autre spammeur.

  4. Peu de chances… Car les serveurs sont situés aux U.S. La loi française ne s’appliquent pas aux serveurs américains se trouvant aux U.S… Le mieux c’est d’ignorer ce genre de phrase et, par la même occasion ce genre d’articles fait seuleument pour faire du chiffre…

  5. C’est extrêmement choquant de la part de facebook et de cet homme tordu ! La jeune femme en question a demandé le retrait de la photo ça serait peut être bien de ne pas la remettre sur votre site ;)

    1. Elle ressemble a un fake cette photo au vu de la couleur du sang qui est limite orange fluo ca me semble etre limite un montage a l’arrache fait sous paint

      1. @pakk13

        C’est dingue ça !!!
        Avoir le courage ou le temps d’écrire un commentaire mais même pas la décence de lire l’article…..
        Ça me déprime…

      2. Que je m’excuse de quoi ?

        Pas besoin d’avoir lu l’article pour voir que la photo est un fake quand même bande de demeurés

  6. C’est nul de parler comme ça des femmes.
    En plus, entre les noirs, les juifs et les homosexuels, y’avait moyen choisir un autre public.

  7. En revanche, un bout de téton d’une femme allaitante, ou L’origine du monde de Gustave Courbet: hophophop, censure et bannissement expéditif de l’auteur!
    Puribonderie américaine à la con.

  8. ‘Les femmes sont comme de l’herbe, elles ont besoin d’être battues/coupées régulièrement’ Perso je ne bat que très rarement mon gazon…

  9. Il y a quelques temps j’avais posté sur facebook une phrase de Frédéric Dard (auteur de san antonio) :
    « la femme suit l’homme là où ELLE a décidé d’aller ».
    Je n’ai pas compris pourquoi j’ai reçus des dizaines de messages de copines me traitant de goujat etc… étaient apparus après la parution de cette phrase qui était finalement féministe.
    EN fait facebook avait coupé ma phrase à « la femme suis l’homme… » et la mention « lire la suite » ou « plus » je ne me souvient plus. Du coup, voilà, je suis passé pour un crétin, mais beaucoup de mes copines s’étaient bien marrées en commentant puis en relisant la suite et finalement en s’excusant.

    1. Bonjour

      Ah !!! Les féministes.
      Magnifique invention qui permet de faire causer dans les salons bobos.
      Et je ne parle pas de l’invention du « Droit des femmes ». Cela ne devrait pas exister.

      A+

      Olivier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Publicité