La NASA partirait à la chasse aux astéroïdes !

shutterstock_109067639 - Astéroïdes

shutterstock_109067639 - AstéroïdesParmi les organisations les plus actives qui existent, la NASA est bien loin d'être en reste, ce qui n'est pas pour nous déplaire, reconnaissons-le. Il semblerait que les scientifiques repensent à capturer 550 tonnes d'astéroïdes pour les mettre en orbite autour de la Lune.

Chasseur d’astéroïdes… Voilà clairement une profession qui en jette. Manifestement, il pourrait y avoir quelques postes à pourvoir puisque la NASA ressasse le projet d’envoyer un engin récupérer quelques menus cailloux spatiaux.

A dire vrai, la faisabilité d’un tel projet a déjà été étudiée par le Keck Institute for Space Studies au mois d’avril dernier. Au final, la NASA devrait lancer une fusée de type Atlas V pour récupérer des astéroïdes de 7 mètres de large gravitant autour de la Terre, puis de les mettre en orbite lunaire.

La méthode consiste à se rapprocher au maximum, s’adapter à la vitesse de l’astre et de l’attraper grâce à un sac de 15 mètres de large et de 10 mètres de haut. Voyez-vous, on chasse les astéroïdes comme on capture un papillon, si ce n’est qu’on ne les épingle pas derrière. A moins d’avoir une grosse aiguille, ce qui n’est pas le problème premier.

En effet, les soucis sont principalement technologiques, dans le sens où il faudra mettre au point des systèmes de propulsion ultra puissants pour atteindre la cible. Reste une question indispensable, pourquoi vouloir s’en emparer.

En admettant que les humains soient en mesure de se poser sur un astéroïde d’ici 2020, la tâche prendrait tout son sens pour préparer de futures missions et bien sur étudier l’espace en profondeur. Disons que l’astre deviendrait alors une base de ravitaillement ou une étape pour des excursions sur Mars.

L’étude suggère également que les scientifiques pourraient les utiliser pour apprendre à dévier les météores susceptibles d’entrer en collision avec la Terre. Vu sous cet angle – éviter Armageddon – l’intérêt est évident, le problème reste le coût de travaux de cette envergure, on l’estime à 2,6 milliards de dollars, soit quasiment autant que la mission Curiosity.

N’oubliez pas, vous pouvez suivre Gizmodo.fr sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Google+ !

[theVerge]

Tags :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Publicité