Le monde de l’automobile en 2012 : bilan

Autolib BlueCar 5

Résumer l'année 2012 en quelques lignes ... Tout un programme. Il faut dire qu'en douze mois, les voitures sont devenues plus intelligentes et plus propres qu'auparavant. Et d'ailleurs ce sont peut-être ces deux mots qu'il faut retenir. Mais voici en complément, notre sélection des évènements marquants.

Malgré un contexte économique difficile, force est de constater que les constructeurs ont continué à innover en 2012. Et ils ont eu raison, car l’audace a payé. La preuve, avec Renault pour commencer. La marque au losange a décidé de tout miser sur l’électrique, une stratégie contestable, mais les premiers résultats sont encourageants. En mars, elle lance Twizy (notre essai), un quadricycle étonnant par son style, à mi-chemin entre une petite citadine et un deux (ou trois) roues. Pour promouvoir ce produit unique en son genre, l’entreprise fait rapidement appel à Cathy et David Guetta, l’objectif étant de toucher un public jeune et urbain, grâce à des ambassadeurs dits branchés. Après 9 mois de commercialisation, le bilan est mitigé. Renault avait certes vendu près de 7895 exemplaires en novembre, faisant du Twizy le véhicule électrique le plus vendu en Europe, mais pour l’instant, on constate – bien qu’aucun chiffre officiel ne soit disponible – que ce quadricycle semble plus être plébiscité par les entreprises que par les particuliers. Renault nous prouvera peut-être le contraire à l’occasion du premier anniversaire de cet engin dans trois mois …

Tesla Model S, le véhicule électrique le plus abouti

L’autre produit phare de cette année 2012, est incontestablement le Model S de Tesla Motors. Le lancement de cette berline électrique 7 places a été spectaculaire. Il faut dire que la marque américaine espère, que cette voiture, la deuxième qu’elle produit après le Roadster (notre essai), va lui permettre de réaliser les premiers bénéfices de son histoire à partir de l’année prochaine. Mais au delà de ça, le Model S est surtout le véhicule électrique le plus abouti et le plus performant jamais construit. Affichant une autonomie de près de 426 km (et même 681 km en adoptant une conduite souple), cette automobile embarque des technologies de pointe. Le Time Magazine considère d’ailleurs, qu’il s’agit de l’une des 25 innovations de l’année 2012, tandis que Motor Trend affirme tout simplement que le Model S est la voiture la plus marquante depuis la Ford T datant de 1908.

Evidemment il y a aussi eu quelques déceptions en 2012. Evoquons très brièvement le cas Fisker. Résumer à nouveau les problèmes à répétition rencontrés par la Karma – berline à prolongateur d’autonomie – reviendrait à tirer sur une ambulance, alors nous espérons simplement que 2013 sera l’occasion pour le constructeur de rebondir. Néanmoins, il convient d’évoquer plus en détail l’autre désillusion importante de 2012 : la décision de Audi d’interrompre la production de la R8 e-tron. Alors que la marque aux anneaux avait à de nombreuses reprises communiqué sur ce modèle, en montrant notamment comment le son artificiel du moteur avait été crée et en dévoilant le rétroviseur numérique qui devait être intégré à la voiture, elle a finalement renoncé au lancement de sa sportive électrique. Audi a en effet craint que les clients potentiels soient trop peu nombreux et a donc – semble-t-il – abandonné le projet.

La voiture autonome, c’est presque pour demain

Du côté des technologies, l’année 2012 nous a aussi gâté. Si les systèmes dits « d’infotainment » ne sont pas nouveaux, ils ont évolué et rapidement qui plus est. La plupart des constructeurs travaillent d’ailleurs sur leur propre dispositif. Ford a déjà conquis plus de 5 millions de personnes avec Sync. Développé en partenariat avec Microsoft, il fonctionne avec la commande vocale et s’avère relativement intuitif et simple à prendre en main, comme nous avions pu le constater lors de notre test. De même le Peugeot Connect App de la firme au lion est un système intéressant et fonctionnel, malgré quelques défauts de jeunesse. Certains manufacturiers ont au contraire choisi d’adopter une technologie commune. En l’occurrence Siri. En juin, la firme à la pomme et huit constructeurs se sont en effet associés. Résultat, l’assistant vocal d’Apple sera bientôt dans de nombreuses voitures.

Autre nouvelle réjouissante, en 2012, les véhicules autonomes ont encore évolué. Aujourd’hui, les automobiles sont capables d’effectuer un créneau sans que le conducteur n’intervienne, mais d’ici 20 ans, il ne sera même plus nécessaire de rester derrière un volant pour se déplacer grâce à des dispositifs tels que Traffic Jam Assist, que Ford a présenté cette année ou encore grâce au projet SARTRE de Volvo. Remarquez, aux Etats-Unis, les conducteurs sont déjà au repos puisqu’en mai dernier, le Nevada a autorisé les véhicules autonomes de Google sur ses routes. Une première ! Et en parlant de première, cette année aura aussi été marquée par le début de la phase de tests de l’Hoverbike aux Etats-Unis. La société Aerofex a en effet mis au point un prototype que l’on a hâte de chevaucher.

Enfin terminons ce bilan par deux vidéos. Il s’agit des deux publicités les plus réussies de l’année. Il y a d’abord celle de Volkswagen, inspirée de l’univers de Star Wars.

Et puis celle de Toyota, diffusée en Nouvelle-Zélande, dans laquelle nous avons pu voir un chat suicidaire, prêt tout pour monter dans une Corolla.

Alors évidemment pour ce bilan, nous aurions pu évoquer plein d’autres sujets, tant l’année a été riche et notamment revenir sur l’Odyssée électrique (25 000 km en 8 mois pour 250 euros au volant d’une voiture électrique) ou sur le premier anniversaire de Autolib’. Mais il a fallu faire un choix. Et à ce propos, j’ai tranché. La meilleure expérience de l’année pour mois a été sans aucun doute le stage de pilotage de Formule 1, auquel j’ai pu participer. Une expérience inoubliable.

Espérons que l’année 2013 nous réserve autant de surprises, de nouveautés et de technologies. Quoiqu’il en soit bon réveillon et n’oubliez pas ce soir : boire ou conduire il faut choisir !

Tags :
  1. La voiture ELECTRIQUE est une complète ABERRATION ! On ne le dira jamais assez !

    L’immense majorité de l’électricité dans le monde est produite à partir de la combustion d’éléments fossiles (pétrole, gaz, et surtout charbon). Or, toute conversion d’énergie d’une forme en une autre s’accompagne de pertes. Ainsi, la conversion de l’énergie thermique d’abord en électricité, puis en énergie mécanique conduit à des pertes bien plus importantes que la conversion directe d’énergie thermique en énergie mécanique dans un moteur classique. Donc, pour arriver au même résultat mécanique, on a besoin de plus de combustion d’éléments fossiles et, du coup, de production de CO2.
    A cela, il faut ajouter les pertes dues au transport de l’électricité (les pertes sur les lignes sont considérables), et celles dues au stockage de l’énergie dans les batteries (les réactions chimiques sont elles aussi facteurs de pertes).
    Puis, encore à cela, il faut ajouter la consommation d’énergie nécessaire à la fabrication des batteries, et la pollution qu’elles représentent en fin de vie.

    En clair, si on regarde les choses globalement, les véhicules électriques sont une énorme aberration pour la consommation d’énergie, la production de CO2, et pour la pollution. Un véhicule électrique, ça n’a absolument rien d’écolo ! Ça ne fait que déplacer le problème en l’amplifiant.

    (En France où on a 75% de l’électricité d’origine nucléaire on a certes un meilleur bilan sur la production de CO2, mais on a quand même les déchets nucléaires, c’est pas forcément mieux. Et avec nos centrales qui arrivent en fin de vie, on va bien rigoler si il y a tout un parc de véhicules à recharger…).

    1. Tout à fait d’accord « GROS » … on amplifie la problématique tout en la déplaçant … juste parce que l’électricité est une énergie facilement taxable et contrôlable, on ne pousse pas les recherches sur les moteurs à eau … on ne fais pas produire intelligemment les usines à énergies renouvelables comme les éoliennes … autre aberration puisque pour que l’énergie d’une éolienne soit exploitable on y adjoint des usines thermiques … alors que l’on pourrai les utiliser pour produire de l’hydrogène en tant que combustible directement au pied de l’éolienne, sans perte sur le réseau électrique. On pourrai favoriser la diversité … il y a plusieurs types de moteurs peu connus, a hydrogène donc (pile à combustible), a gaz compressé, a adjonction d’eau, optimisés pour le carburant végétal … mais non on ne pousse que l’électrique … on a même créé une échelle de mesure en « CO2″ qui ignore totalement la pollution chimique des batteries, les pertes de rendement, etc … et on nous matraque dans la presse, à la télévision, sur internet (comme ici) la formule magique électrique=écologique. Quand aux deux qui répondent facilement « vas-y si tu as des solutions », déjà qu’ils s’interrogent eux même sur ce qu’ils comptent faire et il y a de grande chance que la réponse soit « rien » … ils n’ont pas eux même la réponse … mais ils feraient bien de la chercher et d’être un peu plus constructifs s’ils veulent un avenir …

  2. Plusieur probleme a la voitures electrique:
    – autonomie
    – en cas d adoption de masse le reseau edf est capable de supporter la charge,perso j en doute on va voir les centrale nucléair pousser comme des champignons
    – que va ton faire des milions( miliars) d epaves de voitures thermiques
    -que va ton faire des milions de futures batterie usages et des produit toxiques quelles contiennent?

    Des solution exites:
    Moteur a eau, a air comprimé, hydrogene, huile vegetales.
    Que deviens le gpl?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Publicité