Instagram, un vent de panique pour peu de choses ?

bof

bofPris dans la tourmente, Instagram n'a eu d'autre choix que de répondre aux accusations concernant la modification de ses conditions d'utilisation. Le réseau précise donc qu'il ne compte pas vendre vos photos et compte même éclaircir le flou de sa nouvelle politique. Ce qui ne changera pas grand chose.

Dans un billet de blog, le co-fondateur Kevin Systrom ne recule devant rien pour dissiper la confusion. Il répond en particulier à l’accusation stipulant qu’Instagram compterait monétiser les clichés postés par les usagers.

‘Pour être clair, nous ne comptons pas commercialiser les photos. Nous travaillons sur une mise à jour des conditions pour clarifier les choses.’

Ce qu’il faut savoir avant de supprimer définitivement vos comptes, c’est qu’Instagram a toujours pu utiliser vos photos, nom d’utilisateur et données de localisation pour cibler les annonces publicitaires. C’est hélas le pendant des réseaux sociaux. La seule chose impossible à faire faire, c’est de modifier votre contenu et l’intégrer à la publicité elle-même.

Via les nouvelles conditions d’utilisation, le réseau explique vouloir galvaniser la relation marque-consommateur et  sous-entend qu’à moins de ne suivre volontairement tel ou tel annonceur, celui-ci ne vous assaillira pas de publicité. En revanche, vous pourrez voir apparaître du contenu associé ou une liste de suggestions de liens suivis par vos amis.

Ce sont des astuces publicitaires standards et on retrouvera sans doute les mêmes techniques que celles qui pourrissent trônent sur nos Facebook. Alors pourquoi un tel vent de panique ? Bien souvent, en prenant la peine de regarder ce qu’on a signé, certains points paraissent litigieux.

Ces nouvelles CGU ne changeront sans doute pas la façon dont vous utilisez le réseau, ce n’est qu’un pas de plus vers la Facebookification d’Instagram. Si derrière, les dirigeants veulent jouer sur les mots, bien à eux de se torturer l’esprit…

Car concrètement, même si les conditions et la politique sont remaniées, le fond reste et restera toujours le même. Vous pouvez donc continuer à poster vos repas du midi en toute impunité, sinon il vous suffit de clôturer votre compte Instagram… Et comme ils ne sont pas les seuls à incriminer, vous pouvez d’ores et déjà fermer Facebook, Twitter, Google+ et tous les autres.

N’oubliez pas, vous pouvez suivre Gizmodo.fr sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Google+ !

Tags :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Publicité