Test : Halo 4

01

Halo est une série qui semble avoir trouvé un rythme au gré des consoles de Microsoft : un épisode pour ouvrir le bal, un autre pour terminer le cycle d'une machine en beauté, la mécanique semble bien rodée, si l'on excepte les épisodes spin-off bien entendu.

Halo 4 arrive donc pour la dernière année de la Xbox 360 et signe un véritable barouf d’honneur grâce à un jeu qui réussit à démarrer une nouvelle épopée pour le Master Chef

Avec ses allures de « tout, mais en mieux », le petit dernier de 343 Industries pourrait fortement réveiller le soldat en chacun de nous avec toutes les bonnes choses que le jeu nous propose.

C’est quoi ?

Halo 4 est un first person shooter disponible sur Xbox 360 et développé par 343 Industries. Dans la peau du Master Chef, un super soldat de la classe Spartant, vous devez sauvez le monde. Simple et efficace, le titre propose une action nonstop, une campagne épique et surtout un multi joueur solide qui a fait ses preuves même sur la scène eSport mondiale. La saga a débuté sur Xbox en novembre 2001 et compte actuellement 8 jeux pour la franchise.

C’est pour qui ?

Halo est le fer de lance du FPS console, il s’adresse donc à tous ceux qui ont apprécient le genre mais ne jouent pas sur PC. Avec son scénario et son univers, il titillera les fans de science-fiction. Avec ses affrontements par balle et sa violence, le titre s’adresse cependant à un public mature, il est classé PEGI 16. Avec son multi-joueur online, il permettra aussi à tous ceux qui ont le goût de la compétition de passer des heures à se mesurer aux meilleurs de la planète.

Pourquoi c’est bien

  • La nouvelle campagne de Halo 4 permet de repartir sur une nouvelle trilogie. Avec les prométhéens, le jeu change radicalement de ton et votre épopée sur la planète Requiem sera bien plus sombre que dans les précédents épisodes. C’est d’ailleurs l’occasion d’introduire de nouvelles armes et aussi de nouveaux véhicules dont un robot bien sympa : le Mantis. Les ennemis sont d’ailleurs bien différent et fini la bonne époque facile où les grunts s’enfuyaient les bras levés, les prométhéens sont en effets plus tenaces et plus disciplinés, en plus d’être des ennemis sinistres et silencieux.
  • Comme d’habitude avec Halo, on retrouve le gros plaisir du co-op qui revient en force. On peut bien évidemment faire la campagne avec 3 camarades pour s’éclater (même si la difficulté s’en ressent), mais de plus, le mode Spartan Ops vient s’ajouter pour encore plus de contenu scénarisé. Chaque semaine, cinq nouvelles missions co-op sont proposées avec des objectifs variés afin de prolonger l’aventure avec un pan du scénario. l’expérience est plaisante et on apprécie le fait qu’elle soit gratuite.
  • C’est un peu malheureux à dire, mais le changement de développeur fait du bien à la série. Graphiquement, on passe du moyen au magnifique. Les environnements sont riches en détails, la modélisation fait plaisir à voir. Les différents modèles ont été améliorés et voir les covenants et les humains sous cet angle marque une évolution graphique bienvenue. Tout tourne d’ailleurs au poil et le jeu fait honneur à la Xbox 360. Le lifting technique était nécessaire et il est réussi.
  • Le multijoueur compétitif signe également son grand retour. Véritable fer de lance de la série, il se dote déjà d’un système de customisation de son héros. Il sera possible d’acheter des objets cosmétiques afin de changer son apparence, sa couleur et même son type d’armure. Des habiletés sont également disponibles pour se spécialiser dans un sens (Bouclier, invisibilité, vitesse …) et surtout on peut créer son propre paquetage de démarrage en choisissant quels armes équiper, avec la possibilité de varier à l’envie. Côté mode de jeu, on retrouve les classiques king of the hill, deathmatch seul ou en équipe, capture the Flag, mais aussi le mode domimion, dérivé de Domination ou le temps passé après la conquête le renforce plus et permet de distribuer des armes à ses coéquipiers. Enfin, le mode Régicide permettra aux plus doués de pimenter leur match à mort en faisant du 1er du classement une cible qui rapporte plus de point. Il est clair qu’il va falloir un bout de temps avant de se lasser du multi, et ce ne sont pas les 8 maps inédites qui diront le contraire.

Pourquoi ça aurait pu être mieux

  • La campagne d’Halo 4 est moins ouverte et moins audacieuse que les précédentes. Bouclée en une petite huitaine d’heure, elle n’offre pas de vrai challenge et le mode légendaire risque fortement d’être une promenade pour les vétérans de la série. De plus, on perd beaucoup en liberté, les véhicules sont plus rares, de même que les grands espaces chers aux trois premiers épisodes.
  • Le multi-joueur du titre pourra frustrer les débutants, car on se retrouve souvent dans des parties avec des gens plus expérimentés et donc mieux équippés. Il va falloir donc se tourner vers le Spartan Ops afin de progresser pour ensuite se tourner vers le multi compétitif.
  • On se retrouve une fois de plus avec des matches en peer-to-peer. Si le créateur de la partie déconnecte, tout le monde plante. C’est un peu dommage en 2012.

Ça nous a étonné

Ce Halo 4 a décidé d’être généreux en contenu, même hors du jeu, avec la web série Forward Unto Dawn. S’ajoute également le Spartan Ops et la campagne, pour offrir une expérience scénaristique vraiment dense. De quoi faire plaisir aux mordus de Halo et de science-fiction. C’est ce petite genre de touche particulière pour les fans qui fait plaisir.

Et alors, j’achète ?

Incontestablement, Halo 4 sent bon la nouvelle trilogie et un départ sur des bases saines. Si la campagne manque un peu de longueur et de grands espaces, elle gagne en maturité et fait office d’introduction plus sombre pour la suite des aventures du Major. Le contenu multi-joueur saura d’ailleurs offrir en contrepartie de la campagne une durée de vie colossale pour les motivés de la gâchette. Sachant que le tout est enrobé dans des graphismes à la hauteur du reste, et des compositions toujours aussi bonnes, le titre est assurément un must have sur Xbox 360 pour cette fin d’année 2012.

N’oubliez pas, vous pouvez suivre Gizmodo.fr sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Google+ !

Tags :
Dernières Questions sur Gizmodo Help
  1. c’est master chief pas master chef ! =O sinon je le conseille vivement ! J’ai fais la campagne en facile et légendaire (16h de campagne) et autant vous dire je me la referais bien encore, multi très jouissif et enfin le jeu couplé avec halo waypoint permet d’en apprendre enorment sur l’univers, bref un des rares jeux qui en vaut vraiment le coup ;)

  2. Des spoils, quelques petites erreurs comme par exemple pour la difficulté, le fait que la map du scénario soit petite ou encore le temps de jeu . Mais l’article est bien rempli, aéré, facile à lire, et bien structuré .

  3. Je trouve votre analyse faussée. Les vrais et bons joueurs trouveront halo 4 aussi décevant qu’halo reach.
    En effet, le jeu s’oriente vers le casual gaming et pompe de plus en plus dans le CoD (package envoyé par parachute, killcam & co… Techniquement, le jeu ne vaut pas halo 2 ou 3 et le mode MLG est de plus en plus bafoué. Vous évoquez les textures plus jolies mais le principe d’halo (equipe rouge et bleue) se trouve dans le côté arcade, très américain du jeu. (une sorte de « baseball fps »). Par ailleurs, il faut noter que le sniper ne déscope pas lorsque vous l’utilisez ce qui le rend plus facile à utiliser. En somme pour un vieux joueur qui recherche de la difficulté et de la stratégie comme moi (i.e. des sauts, un bouclier des déplacements, une précision qui permettent de pouvoir retourner la situation lorsqu’on est face à l’adverse, pas comme dans un CoD ou le premier qui tire l’emporte, cqfd).
    343 industries envoie du rêve, mais les vrais joueurs de la série seront déçus. Un peu trop Fuck Yeah !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Publicité