La grande mystification des Community Managers

travail

travailLes Community Managers sont de plus en plus nombreux sur les réseaux sociaux. Depuis que les entreprises ont compris qu’elles devaient être présentes sur le Web pour maîtriser la communication autour de leur marque, elles embauchent ces gestionnaires de communauté pour relayer leur bonne parole. Sauf que personne ne les remet en cause... jusqu'à maintenant.

 

Les community managers ne rassemblent pas

Oui, ça peut surprendre, mais c’est la première des grandes mystifications des community managers. Ils ne rassemblent pas, ils divisent. Un bon community manager va cibler une population qui a les mêmes goûts ou qui partage les mêmes centres d’intérêt. Où est le rassemblement ? Ils mettent dans des groupes les blancs, les noirs, les homos, ceux qui aiment le Nutella, le Coca, le Japon ou le caca. Qu’ils le veuillent ou non, c’est exactement le contraire du rassemblement, c’est du communautarisme primaire.

Les communautés ne vous enrichissent pas

Lorsque vous rejoignez une communauté, dites-vous bien que vous n’allez pas vous enrichir. Bien sûr, vous allez pouvoir découvrir une recette au Nutella que vous ne ferez jamais. Mais en réalité, qu’allez-vous vraiment apprendre ? C’est un peu comme si vous alliez dans une manifestation contre la guerre et quand vous rencontrez une autre personne dans cette manifestation, vous lui dites : « Ah toi aussi tu es contre la guerre ? Moi aussi ». Ça vous fait une belle jambe, vous partagez le même point de vue. Mais qu’avez-vous appris ? Il n’y a pas de débat, pas d’enrichissement, pas de confrontation de point de vue. Tout le monde est d’accord pour avancer dans la même direction : celle que le community manager veut vous imposer. Le community manager veut que vous restiez entre vous, car c’est plus simple à gérer pour lui. Ne sortez pas du rang s’il vous plait, je ne veux pas voir une tête dépasser.

Les communautés vous bâillonnent et tuent Internet

Là encore, je vois des yeux qui s’écarquillent. Une voix dans votre tête dit : (lire avec l’accent bourguignon) « Comment ça ? Les communautés tuent Internet ? Il est pas bien celui-là ». Et pourtant, en rejoignant une communauté sur les réseaux sociaux, vous plantez un couteau dans le dos de l’Internet originel. Celui où Internet était un lieu ouvert et d’échanges. Car regardez un peu les communautés présentes sur les réseaux sociaux, il y a un community manager qui vous divertit et c’est tout. Vous, en tant que participant à cette communauté, vous avez le droit d’aimer ce que dit le community manager, de commenter et de partager ce qu’il dit. Vous n’êtes pas à l’origine des discussions. Le community Manager vous donne l’illusion que vous pouvez vous exprimer sans contrainte. Avant, il y avait des modérateurs, ils animaient les forums, supprimaient les commentaires qui ne respectaient pas la Nétiquette et rangeaient les discussions. Aujourd’hui, essayez de trouver une grosse communauté sur un réseau social où ce sont les fans qui lancent la majorité des sujets. Vous n’en trouverez pas. Pour la simple et bonne raison que la liberté d’expression dans les communautés sur les réseaux sociaux n’est qu’un écran de fumée. Le fan n’est pas là pour s’exprimer, mais il est là pour rendre virale la parole de l’entreprise. Ce n’est pas la fonction d’Internet, c’est la fonction d’un prospectus.

Que faire contre ce phénomène ?

Au risque de paraître paradoxal, pour lutter contre les communautés il faut les rejoindre. Inscrivez-vous dans un maximum de communautés mais uniquement dans celles avec lesquelles vous n’avez aucune affinité. Vous détestez le café ? Rejoignez la page Nespresso. Allez dire en commentaire que vous n’aimez pas le café, que leurs capsules sont polluantes, trop chères ou pas assez grosses. On s’en fiche. Lisez les commentaires, réagissez. Unissez-vous pour faire gonfler le chiffre d’une communauté et mettez vous d’accord pour la quitter tous en même temps quelques semaines plus tard. Mettez au point des méthodes aussi efficaces que celles utilisées par les Community Managers pour rendre viral leurs jeux concours, leurs offres promotionnelles etc. Bref, prenez la parole, transformez les communautés en forum avec des voix divergentes, des engueulades, des blagues vaseuses, des détournements… Bref  de l’inattendu. Car franchement, cet Internet là est sans surprise et sans saveur. Est-ce vraiment ce que vous voulez ? N’oubliez que vous faites partie de ces communautés, que sans vous, elles n’existent pas. Et au final, si ces communautés sont sans intérêt, c’est de votre faute… et de la mienne.

Et comme je ne suis pas à un paradoxe près :

N’oubliez pas, vous pouvez suivre Gizmodo.fr sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Google+ !

Tags :
  1. Je n’avais pas vu cela comme ca, mais c’est un bon point de vue. C’est pas faux comme dirait l’autre!
    Effectivement en regardant de plus pres, les gens ne font que « partager », « liker » etc, mais peux sont a l’origine de ces articles ou autres.

    Et parmis ces « origines » on a des community manager, c’est la que l’on retrouve votre point de vue, c’est limite de la propagande, ils balancent ce que leur companie veux et « manipule » le flux du social;
    Aucune reel creation, ni originalité :(

    Je pense ( si on extrapole ) que l’on est rendu un point ou les gens preferent suivent « la mode » meme si celle ci est mauvaise, ils ont peur d’etre original, peur d’etre à part.
    Le monde est bien triste.

  2. Le choix et le point de vu sont osés, surtout si on observe la pente sur laquelle glisse Giz ces derniers temps. Cela dit l’auteur tombe un peu vite dans l’écueil du manichéisme primaire et hyperbole à tour de bras. Ça finit par sonner un peu creux et primaire. Dommage.

  3. Mouais je suis pas d’accord du tout ! Tu as une vision d’Internet très puriste et geekesque mais Internet c’est comme la vie, tu as ce qui t’intéresse et le reste, et pour les réseaux sociaux je vais paraphraser Eric Cartman : « Internet c’est comme la vraie vie, il faut d’abord éliminer les bites pour trouver de bons amis »

  4. La communauté se rassemble pour des causes justes, des interets similaires, parfois même des conflits.. La définition primaire de la communauté si je ne m’abuse, est constituée de similitudes ou de convergence. L’information et les échanges sont divulgués par une personne ayant une connaissance indéniable sur un sujet donné. Il me semble que des community managers arrivent à prendre ce rôle au rôle au sérieux par passion.
    Quand une communauté commente, vibre sur un message, un post, un statut, un tweet, ceci reste pour moi un véritable contre argument à cet article – intéressant au demeurant. Il est sur que les lois du marketing viennent bousculer la véritable essence et ADN du métier mais c’est comme recevoir un iPad ou iPhone en sending produit et ne jamais le renvoyer à son propriétaire et éditeur… Finalement, il faut savoir taper sur des sujets justes !

  5. Il y a des points intéressants mais je ne suis pas tout à fait d’accord et pour cause, j’ai été CM chez Gizmodo.fr :)
    Un community manager peut apporter une valeur ajoutée mais seulement s’il est bien intégré à l’entreprise. Chez Gizmodo.fr ça voulait dire pouvoir organiser des concours, des évènements, ou bien même tenter d’aider un lecteur en lui filant un contact RP qui pourrait l’aider à régler un problème avec une marque.

  6. Bon, je vais essayé d’être pas trop méchant, car après tout, ici c’est le seul auteur à prendre partie, et je trouve cela franchement bien.
    Tout d’abord si ça vous chante (à tous) d’apprendre des nouveaux mots inventés par un wordcreator qui dicte la façon de parler aux gens, allez-y, pour moi, cela n’est rien d’autre qu’un administrateur de forum, ou un webmaster.
    Bref,d’après vous, le sus-dit webmaster peut créer un groupe « j’aime le nutella », où l’on peut trouver d’ailleurs des conseils sur le produit.
    Il y a donc bien un enrichissement de gens qui se sont rassemblés au tour d’un même sujet. Point. S’il créer un groupe « j’aime être blanc »… ah non, on a pas le droit… donc « j’aime être noir », il rassemblera que des noirs (et quelques tordus), ou « j’aime les homo » et pouf que des homos s’y regroupe, partagent leur expérience et s’enrichissent. Alors en effet, ce n’est pas un forum mais des sectes, du coup l’enrichissement ne va que dans un sens, par contre, le rassemblement n’est que plus fort.
    .
    Enfin, ça c’est si je suis votre raisonnement.d’après mon expérience c’est un peu différent. J’avais rejoint un groupe qui pensait que c’était bien d’expliquer aux enfants de CM1 que l’homosexualité était normale. J’ai dis tout ce que j’en pensais et aucune suppression n’a eu lieu, car le gérant c’est comporté comme un web master. Bon, c’est sur que chez nutella ça ne passerai pas :-).
    Enfin voilà, même si je rejoint votre point de vue à bien des égards, ces quelques points me semblent injuste. Un bel article par contre, ce serai de montrer qu’en fait internet n’ai pas une ouverture sur la culture mais au contraire la tue. Par exemple, impossible de trouver une recette de crêpe dite « classique » sur internet, toutes diffèrent de celle des vieux bouquins de cuisine (ou alors c’est dur de faire la part entre le juste et l’invention). Pareilpour les films et les séries, c’est quand la dernière fois que vous avez vue une série dans une bonne qualité d’image et des bons sous-titres? (oui, ça se trouve, mais les gens sont feignant de base et ont tous une version plus pourrie qu’à la télé).

  7. Whaou, un article qui pousse le lecteur à réfléchir, c’est une bonne chose, même si le point de vue est discutable c’est intéressant d’avoir un article comme celui là qui fait plus de 10 lignes avec des arguments. Continuez

  8. Merci à l’auteur d’avoir écrit un article et pas juste recopié/traduit l’article d’un confrère. C’est un point de vue intéressant.

  9. hello, c’est une vision de ce métier… en revanche je ne la partage pas sur tout les points. un cm est avant tout le porte parole d’une structure. son objectif change selon celle-ci. notoriété, conversion, gestion de crise, vitalité, sont effectivement parfois des objectifs… mais il y a aussi le contact entre passionné, gestion et animation de réseaux, partage d’opinion. c’est un métier qui demande beaucoup de passion et énormément de polyvalence. on ne peut pas le dévaloriser de cette façon. il est évident que comme beaucoup de secteur, il y à des charlatans… mais être geek ne veut pas dire que nous avons pignon sur rue.
    en revanche avoir de solide connaissance dans le web 2.0 et avoir une seconde casquette dans le secteur marketing avec une veille constante sur le référencement.. sans oublier de bonnes notions dans le métier de redac. sans oublier un zest de passion. et ce métier ne sera pas celui annoncer… en ce qui concerne une communauté elle n’est que pertinente si elle est motivé. sans animateur, elle ne serait que passive suivant certains secteurs… encore une fois le métier de cm est d’informer et de partager… et je finirai juste par une chose si aujourd’hui le web 2.0 existe c’est juste parce que les inventeurs d’internet comme Tim berners lee pour ne citer que lui permis d’autres ainsi que les internautes ont fait évoluer les choses. le web participatif et l’intelligence de masse, sont de très bonne choses à tout niveaux. diversité des internautes, mélanges des classes sociales, ouverture des connaissances… et aujourd’hui si nous en sommes aussi là c est aussi parce que nous ne sommes plus préhistorique… (ce n’est qu’un point de vue).

  10. J’apprécie toujours les articles de personnes qui ne se sont même pas données la peine de se renseigner un tout petit peu. Une mauvaise expérience sur une page FB vous a poussé à écrire ce truc ? Ca ressemble bien à une article rageur d’une personne qui a besoin de canaliser sa colère. J’ai l’impression de lire un article écrit par un lycéen qui digère mal une mauvaise expérience, en prônant la révolution, l’anarchie, tout ça. Ce n’est probablement qu’une impression, mais c’est ce à quoi ça me fait penser.

    Comme 90% des personnes qui s’intéressent un tout petit peu au sujet, vous avez une vision bien trop unidirectionnelle du métier. Non, un CM ne passe pas tout son temps sur Facebook, ou tout autre réseau social. Je suis CM pour un jeu en ligne, et je peux vous assurer que ça n’a rien à voir. Je passe très peu de temps sur FB, en revanche j’en passe beaucoup plus sur le forum, et là je peux vous assurer que ceux qui font les sujets, ce sont bel et bien les membres de la communauté. Mon rôle est de répondre à leurs questionnements, de prendre part à leurs débats surtout quand ils le demandent, et m’assurer que ça ne dérape pas. A côté de ça, je m’occupe aussi de l’équipe de bénévoles qui ont été recrutés parmi la communauté (sur base du volontariat, ce n’est pas moi qui suis allé les chercher), et dont le rôle est de la modérer et de s’assurer que les règles sont respectées, tout autant que créer des évènements afin de faire de l’animation, parce que c’est ce qu’attendent les joueurs.

    D’ailleurs, même si l’on devait parler de réseau social, Facebook pour ne pas le citer, ce n’est pas la faute du CM si la structure même empêche les utilisateurs de lancer de véritables débats. Et ça, c’est depuis la Timeline. Vous devriez demander à Bouygues, ils ont justement eu du mal à s’adapter parce qu’ils se servaient de leur page comme SAV, sauf qu’avec la Timeline ce n’est plus possible. Sur le forum que j’administre en revanche, c’est possible.

    Bref, la prochaine fois que vous voudrez parler d’un métier, que ce soit en bien ou en mal (parce que là n’est pas la question) … prenez la peine de vous renseigner un tout petit peu avant de poser les mains sur le clavier, et ravalez la rage causée par une mauvaise expérience manifeste. Même chose pour Retro d’ailleurs qui visiblement ne sait pas de quoi il parle (un modérateur / webmaster … ce qu’il ne faut pas entendre, même ces mots-là je ne suis pas certain que vous sachiez les définir correctement).

      1. Non. Ce qu’il fait s’appelle du community management. C’est un métier qui regroupe de nombreuses facettes et dont vous ne semblez en connaître qu’une seule (‘et encore).
        Il a raison, un community manager est loin de passer son temps sur facebook.

        A ce que CM a rajouté on peut aussi rajouter la veille (collecte, récolte, et diffusion de l’information) qui prend dans bien des cas au moins 50% du temps.
        Ainsi que le service client, et très souvent du référencement naturel pour des contenus.

        Malheureusement votre article aurait pu être bien construit, notamment par une vision un peu alterntative.
        Mais je suis dans le regret de vous annoncer que pour ceux dont c’est le métier (ou qui le connaissent bien), cet article est un beau ramassis de conneries incitant au trolling gratuit.

        Créer une fausse polémique pour gagner en nombre de vues c’est moche, mais ça marche bien (dommage);
        Je me trompe peut-être, mais au fait, il est où votre forum chez Gizmodo?
        Ah oui, c’est vrai que les marques préfère facebook pour faire écran de fumée sur leur pseudo communauté.

      2. Non. La modération est une partie de ce que je fais sur le forum. D’autant que je ne fais pas que des choses sur le forum, j’ai également de la relation-client via le Support, des réseaux sociaux, du reporting de bugs … Bref.

    1. ok

      mais tu m’as l’air un petit peu nerveux pour tenir ce genre de fonction, ce qui rejoint après coup l’avis de l’article… (étrange non ?)
      mais bon si tout se passe bien de ton coté, tant mieux ;) .

    2. Et ce commentaire du type « même pas vrai d’abord » ne fait pas discours de lycéen ?

      J’ai personnellement adoré cet article. Les arguments sont valides d’un point de vue logique et les métaphores sont délicieuses.

      Ensuite, je ne pense pas que l’auteur désire entrer dans les détails de la profession au quotidien et du type de « communauté ». Ni pousser un coup de gueule définitif.

      Voilà simplement un point de vue extrêmement intéressant qui résume tous ces tics que nous autres, CM, avons lorsque l’on nous missionne pour « créer et développer la communauté », ou « écouter la tonalité des propos sur internet par rapport à telle ou telle marque ».

      En gros, on veut qu’on rassemble des gens aux critères très spécifiques (en général : le « client type » de l’entreprise) et aux intérêts divergents pour leur proposer de s’exprimer librement dans un espace ou nous contrôlons les propos par autorité. C’est le principe du « ton post est modéré. Pas content? Va lire la charte! ». Donc la liberté n’existe pas dans ces lieux digitaux (« viens réagir mais si tu dis n’imp, tu sors ! » ; et je dis cela sans considérer que 8 entreprises sur 10 ne laissent que les posts positifs ouverts au public, et les négatifs se règlent en privé).

      Avec le community management, on laisse les marques croire qu’elles vont être à la fois GOUROU, MEILLEUR POTE, VENDEUR et M. LOYAL [le présentateur des numéros au cirque].

      Je partage l’avis de Norédine sans acquiescer bêtement ou me sentir blessé dans mon orgueil, tout CM que je suis.

      Internet va reprendre ses droits et j’espère que nous redéfinirons bientôt ensemble ce qui relevera d’un « modérateur », d’un « porte parole » ou d’un « animateur » et les marques seront au service de leurs communautés et n’auront d’autres choix que de les suivre pas à pas, et non l’inverse.

      Excellent article.

      Quentin.

  11. Whaouu, un vrai article, avec du sens et de la vrai réflexion. J’ai cru m’être gouré d’onglet l’espace d’un instant. Je tiens a vous féliciter M. Norédine, je ne pensais pas voir cela un jour sur ce genre de site pour « geeks », bravo, continuez.

    Sinon je partage totalement cette vision des choses, depuis un long moment déjà.

    Je suis un travailleur du web pour des grands groupes depuis 97, avec les différents titres et fonctions à la mode du moment.
    De 97 à 2001 j’étais webmaster, ensuite directeur artistique, puis ergonome, et enfin je suis community manager. Au delà de tout le coté bullshitesque je me considère comme un artisan en interface, avec une seconde casquette en animateur de communauté. Rien de réducteur, juste réaliste. Le hasard des choses et un léger diplôme en psycho m’ont aidés a échouer à ce poste.

    Le boulot d’un bon CM est surtout de la manipulation collective, il fait retomber les bad buzz plus facilement que vous ne le pensez, et vous met dans la tête les prospectus de ses employeurs. Vous aimez ce qu’il a envie de vous faire aimer, et il travaille dur pour ça. Il a une multitude d’identités différentes et il est sans vergogne. Vous suivez une de ses entité sur twitter ou FB en ce moment même. Il a aussi une agence indienne qui lui offre pour moins de 10 euros plus de likes qu’il n’en a besoin.
    Il est tour a tour celui qui distille pleins de conseils utiles, le troll qui énerve tout le monde, et qui du coup resserre les opinions vers une autre cause, ou celui qui déteste le produit, pour au final tenir des propos haineux et tenir le rôle de répulsif. Il n’est pas un, mais il est multiple, a partir de la il lui devient possible d’orienter n’importe qui, vraiment n’importe qui. Même toi qui lis ce commentaire, surtout si tu pense être invulnérable. Il a le contrôle total de sa communauté, mais surtout des opinions.

    C’est une science assez simple, la méthode est répétitive, mais diablement efficace et sans sentiments.
    La communauté est une illusion au service des marques, le monde sympa d’internet c’était avant que ta mère y retrouve ses amies.
    On ne peut rien faire contre ce phénomène, rien. Juste en être conscient et accepter les choses comme elles sont. Après tout, ce n’est pas si désagréable, et facebook est trop super cool…

    1. Que le constat sur la société de consommation/du marketing 3.0 qui mousse/whatever soit fait avec le plus de sens critique possible, c’est une très bonne chose (et cet article un très bon début en la matière).

      Mais c’est aussi pas mal aussi de garder un peu d’optimisme. La Révolution Internet, la vraie, celle d’un outil neutre, libre et ouvert, (aka « Facebook n’en fait pas partie »), a quand même quelques succès indéboulonnables à son actif.

      Wikipédia en est l’exemple canonique : nul ne peut affirmer que la valeur en terme de patrimoine intellectuel et culturel de Wikipédia pour l’humanité se limite aux 6 millions de dollars de dons par an qui font tourner l’organisation…
      Internet a réussi à accoucher de ce projet à la valeur économique immense qui échappe pourtant au circuit traditionnel de l’économie marchande et à la voracité financière : c’est un succès alter-économique, politique, social… et visible par tous.

      L’innovation permise par le logiciel libre se retrouve partout et est colossale (en fait,dès qu’il y’a du logiciel, il y’a désormais du logiciel libre dans une partie de la pile). Les modèles de collaboration technique et de gouvernance se retrouvent chamboulés grâce à ces communautés (même les plus gros mammouths sur-subventionnés du CAC se mettent peu à peu aux méthodes agiles ou à devoir faire des concessions de gouvernance en incluant les fans dans l’élaboration de produits, ou bien les contributions externes quand il s’agit de logiciel).

      Effectivement, l’émergence des réseaux sociaux où « ta mère y retrouve ses amies », des community managers, du « buzz », du « minitel 2.0″, ne participent pas à cette révolution, mais je peux vous l’assurer, la Révolution Internet reste bel et bien en marche et plus en forme que jamais.

  12. Attend mais si en fait Norédine était un CM et que Gaius Baltard n’était qu’une de ses entité?
    Au fait et si Norédine n’était pas un CM mais en fait l’entité délirante et passionnée d’un CM nommé en fait Florence?
    Et moi même qui suis-je, suis schizophrène, peut-être je n’exite pas?
    C’est vrai que je pourrai être un bot perfectionné, créé par Bill Gates afin de manipuler les masses?
    D’ailleur il faut que je fasse quelques fautes d’orthografe sinon ils vont se rendre conte.
    C’est vraiment Inception là, non?
    Suivez le lapin blanc… Où est Airtux?

  13. Si l’on peut reprocher un certain comportement « moutonnier » de la part des internautes que nous sommes, les « communautés de Marques » ne sont pas censées être des espaces de libre expression.
    Au contraire, le C.M. a aussi pour rôle d’essayer de garder la communication online de l’entreprise qui l’emploie « sous contrôle ». Eviter le bad buzz, mais aussi informer sur les produits et services, les événements, le recrutement et être un relais e-crm pour améliorer la satisfaction client puisqu’il s’agit, in fine, de cyber-consommation…

    Les missions du C.M. varient sensiblement suivant l’Organisation pour laquelle il oeuvre.Même s’il y a parfois des similitudes, il n’a pas la fonction de journaliste mais de webmarketer. Il n’y a pas de honte à ça. Le but et de mettre en adéquation (autant que possible) les besoins du consommateur avec l’offre commerciale. Si cela améliore la relation clients/entreprises, c’est tant mieux ! Nous avons encore beaucoup de progrès à faire en ce sens en France…

    Une communauté ne se définie pas forcément par sa pluralité mais au contraire, par affinités. Il n’est donc pas étonnant de retrouver un certain consensus sur beaucoup de sujets. Même si l’on juge cela peu constructif d’être « d’accord » sur une recette de nutella, c’est tout à fait le droit des membres de le déclarer. Libre à chacun d’adhérer ou pas… Personnellement, j’aime beaucoup le nutella mais jusque là, je n’ai pas ressenti le besoin de l’exprimer par un Like…

    Pour trouver du débat contradictoire, il y a encore tout ce qu’il faut sur la toile. Une pléthore de blogs, forums et sites d’information où les échanges fusent dans tous les sens offrant trop souvent le triste spectacle d’un véritable pugilat. Est-ce vraiment plus constructif ? J’en doute souvent en voyant les Internautes s’invectiver plutôt que d’essayer de comprendre les différents points de vue pour enrichir leur pensée. Parce que : « c’est nul, c’est de la merde ! » sans autre argument, n’apporte absolument rien sauf un peu plus de crétinerie à la Communauté virtuelle. Le Web est ce que nous voulons bien en faire. Ne cherchons pas de bouc émissaires, nous sommes tous responsables individuellement et collectivement. Ce n’est pas en dénigrant telle ou telle catégorie de personnes que cela relèvera le débat ! C’est en proposant et non pas en condamnant que l’on fera évoluer les choses dans le bon sens, ne pensez-vous pas ?…

  14. Je rejoins l’avis unanime concernant la bonne qualité de l’article… ;-)
    Cependant lorsque l’on rejoint une communauté de passionnés, de Nutella, d’athlé, de libertins,… c’est pas nécessairement pour s’enrichir… Ce peut être tout bêtement pour passer un bon moment et échanger avec des personnes qui partagent la même passion… Quel intérêt d’être rejoints par des bouffeurs de mouton, des pianistes ou des bigots qui viendraient troller si on se tamponne de leurs états-d’âme ?
    Enfin, je dus ça, c’est juste mon point de vue… ;-)

  15. Un CM est uniquement la pour « façonner » les utilisateurs a aderer a la cause d’une marque. Et votre article est interessant sur ce point… Et même si j’adore le Nutella je ne vois aucun interet a aderer a un groupe de 15000 personnes pour juste cliquer sur « like » a chaque article qu’ecrit Nutella. Et Nutella n’est pas sur les reseaux sociaux par phylantropie, mais uniquement pour la com et le business, ne l’oublier jamais ;))

  16. Autant le début de l’article est pertinent autant la fin est décevante : un hymne au Trolls ?! Il faut vraiment avoir rien à foutre pour passer son temps à pourrir des forums sans rien apporter. C’est le summum de l’égocentrisme : je suis donc vous disparaissez…Le vrai problème est qu’internet est devenu un plurimedia commercial soumis à l’audience et au traffic, pour commercialiser auprès d’annonceurs. Le CM est la pour fixer les visiteurs, faire le Troll est une fuite
    malsaine qui renforcera au contraire leur légitimité et leur contrôle! Si on est d’accord on le dit, et si on l’est pas aussi, sinon on se censure tout seul. Et internet permettra d’autres usages – type Branch de lancer des discussions non sponsorisées. On peut être plus rapide et multiforme que les marques et leur GO.

  17. Je rejoins complètement, à une exception près, l’idée de ce papier.
    C’est ainsi que lors de la campagne électorale j’ai supprimé 190 contacts sur FaceBook.

    La seule retenue que j’aurais, c’est que j’ai beau chercher, je ne vois pas du tout l’intérêt d’adhérer de près ou de loin à une communauté qui a un rapport quelconque avec du business. Les marques je m’en contrefiche, tout ce qui s’approche de la consommation m’exaspère.
    Je n’irai donc pas sur le site d’un marchand de café annoncer que je préfère le thé.

  18. Hé, au pire, si tous ces CM vous emmerdent autant, plutot qu’aller jusqu’à s’organiser en groupes qui iraient troll les pages, les rejoindre pour les quitter aussi tot, etc… Vous ne vous faites pas de compte sur un de ces reseaux, je ne sais pas si on vit mieux sans, je n’ai jamais connu avec, il en reste que ca ne m’empeche ni de faire mon travail, ni d’avoir des relations sociales ou n’importe quelle chose qu’un utilisateur aurait besoin, a part peut etre une envie de reconnaissance sociale, d’etre vu, expliquant alors le vrai but du reseau social.

  19. Je trouve que cet article est intéressant mis manque cruellement de profondeur d’analyse. Un CM modère, gère et ouvre les discussions, pas seulement sur le produit/la marque/l’évènement mais sur les domaines connexes… peut être qu’un droit de réponse d’un community manager serait utile au débat (et pas seulement en commentaires)

  20. C’est un peu la même chose avec les sites « spécialistes » d’une seule marque qui sont censés parler des produits et services de la société dont ils se font les portes étendard mais qui parlent bientôt plus souvent et  » à charge » des produits de la concurrence, et si ça n’est pas le cas leur contenu rédactionnel est rédigé de façon à générer des commentaires négatifs quand ce n’est pas une démolition en règle dans leurs blogs.
    Moteur de recherche et optimisation du référencement et le tour est joué, une requête sur l’actualité de la concurrence à toutes les chances de vous faire aboutir sur ces sites générant ainsi polémiques, buzz et naturellement visibilité des pubs.

  21. Autant je suis d’accord sur le fait de ‘diviser » (le terme exact étant « segmenter »), autant je ne suis pas d’accord sur le fait de ne pas « s’enrichir » sur une communauté engendrée par un réseau social. Certes, il n’y a pas de débat, pas de possibilité de parler. Mais, au fond, lorsqu’on suit une « communauté » engendrée par une marque, c’est d’abord pour suivre la marque, pas pour aller chercher le débat.
    Et sans community manager, il y a peu de monde pour faire vivre la communauté. Ou alors elle s’écroule vite. S’il s’agit de prêcher la bonne parole de Nutella ou de Coca, je ne vois pas en quoi il est gênant de ne pas avoir de débat. Je ne vois pas non plus pourquoi adhérer à la communauté si je n’aime pas ça. Peut-être y a-t-il du second degré que je n’ai pas remarqué, mais c’est quand même aller pinailler sur des vanités que d’aller dire « je n’aime pas » pour créer le débat.
    Les débats, il y en a des milliers en cours. Il y a des communautés et très certainement des community managers pour les animer. Qu’ils aient l’esprit étriqué ou non devient un autre débat.
    Je trouve que cet article est vraiment banal et sans intérêt dans la mesure où il est purement subjectif et s’arrête à dire « les community managers vous mettent dans des clapiers ». On est déjà conditionnés par les marques bien avant d’entrer dans les communautés. Aucune demi-mesure, aucune nuance… Bref, juste un avis personnel sans même aller voir ce qui est aussi bon dans ce métier, que ce soit pour l’entreprise ou pour le communautarisme qui tourne autour d’une marque ou d’un débat.

  22. Entièrement ok avec ce commentaire.. Le cm doit dire ce que la communauté veut entendre. Ajoutez à cela, sexisme et anti-démocratique. Merci de signaler cette manipulation intellectuelle et professionnelle

  23. La population s’identifiait déjà dans des communautés (IRL) avant que les réseaux sociaux arrivent (les hippies, les homos, les métalleux… et j’en passe)… Des marques entretiennent peut-être des fausses communautés, mais ce n’est pas vrai pour tout. Les communautés de loisirs, de tourismes, de spectacles, de médias enrichissent les internautes et bon nombre l’approuveront.

    L’esprit négationniste, anarchiste et révolutionnaire… ne changera rien sauf de tuer encore plus l’esprit communautaire. Le changement ne s’opère pas par le boycotte, mais plutôt par l’éducation et le changement des mentalités d’un point de vue positif.

    Mais bon.. Critiquer et agir de la sorte ne changera rien.. Tout ce bruit qui s’effacera ans 3 semaines de l’esprit de chacun, car il n’induit aucune modification des consciences sauf de rechercher la provocation et les réactions haineuses entre les anticonformistes et réfractaire du web contre les marketeux et les professionnels de la sphère sociale média..

  24. C’est vraiment ce que tu penses ou va-t-on bientôt lire un article du style :

    « après avoir créer la polémique et #faitlebuzz je vous écris ma véritable pensée sur les CM »

    ?

  25. Le premier paragraphe est excellent dans le sens où l’on peut dès sa lecture juger de la qualité des propos qui vont suivre. Que dire des entêtes de paragraphes et de l’argumentaire… Pitié, essayez de parler de sujets que vous maîtrisez avant de tenter de mettre en branle une vraie profession…

    Contentez-vous d’écrire sur le « Lifestyle » comme vous l’indiquez dans votre baseline, merci.

  26. Bonjour,

    Hé bien, voilà un article qui a le mérite de faire réagir.
    Si je suis d’accord avec une partie, je pense qu’il y a un souci de… dialectique.

    En effet, les comportements décrits ne sont pas ceux d’un « CM » mais ceux d’un responsable communication (2.0 ou pas).

    A mon sens, le rôle d’un CM est un poil différent. Il est là pour pondérer, veiller, et … ranger. Ce qui fait de lui qu’il est plus qu’un modérateur est qu’il est à même de retransmettre à l’entreprise pour laquelle il travaille ce que dit la communauté, de faire avancer les choses en fonction des débats ouverts par la communauté.

    Par ailleurs, les réseaux sociaux « simples » (FB & co) ne sont pas suffisants, à mon sens, pour parler de communauté (d’où ma différenciation communication/communauté). Un espace plus large et ouvert de type forum ou blog est nécessaire pour développer de vraies discussions.

    Belle journée,
    Lily

  27. Si certains arguments de cet article me semblent « pas faux », force est de constater que l’esprit de communauté, le fait de se rejoindre autour d’une idée (et quand on a de vrais intérêts, on trouve des informations utiles dans des communautés) n’est pas neuf et a toujours existé.

    De plus, les premières pages fans, ou pages d’intéret sur facebook, pour ce parler que de cela, avaient au départ été créées par des fans, regroupés autour d’un groupe de musique, d’un produit, ou de Nutella.

    Pour cela, je suis assez d’accord avec le rôle de veille et de « rangement » du CM.

    Mais n’oublions pas qu’aujourd’hui, la page fan, pour une entreprise, c’est aussi (et surtout?) un relai de la communication globale. Le CM n’est pas juste un agent d’entretien, et force est de constater que les communautés de vivent pas seules, ou alors très rarement. C’est l’apport d’infos (de l’entreprise ou de la veille effectuée) qui provoquent les réactions.

  28. Ok, donc en gros pour résumer cet article nous dit : Que vous aimiez la marque ou pas, on s’en cogne, soyez un troll, parce qu’être un troll est enrichissant, ceux qui n’en sont pas sont des moutons.

    Hé bah je crois qu’on touche le fond, autant je viens régulièrement sur guizmodo juste pour voir des trolls se taper dessus et assister avec bonheur a des polémiques futiles, autant la, j’ai même plus envie de poser les yeux ici !

    Avec des articles aussi pourris, blindés d’idioties, de partis pris subjectifs au possible, et trollage intensif, faut pas vous étonner si vous rassemblez la pire communauté de participants des blogs/sites high-tech qui existent … Pour exemple : Quand on parle d’un nouveau produit qui est sortit chez la marque X, vous m’expliquez comment ça peut dériver en débat anti-sionniste/charia ?

    A faire des articles cons, on rassemble les cons. Sérieux arrêtez les frais ou mettez vous a la modération … Et au journalisme.

  29. Ouaou, quel article… pour faire de l’audience. L’auteur a-t-il prévu d’ecrire un article de même niveau sur la façon dont gizmodo monétise son site ? Par exemple en écrivant des articles sans tenir compte des intérêts des lecteur dans l’unique but de toucher de l’argent de la part de ses partenaires ?

    Bref, un vrai torchon car c’est mettre de côté toute la valeur ajoutée des communautés, le SAV qu’apporte un CM et l’entraide qui s’organise au sein d’un groupe.

    Le seul point avec lequel je suis « d’accord » c’est le fait que les communautés divisent, mais c’est parce qu’elles se spécialisent et ce depuis la nuit des temps. C’est le principe même d’une communauté : se rassembler autour d’un thème en commun. Selon l’auteur, encourager cela est diabolique ! Mais bien sûr… C’est l’hôpital qui se fout de la charité.

    Chacun à le droit de penser ce qu’il veut et perso je pense que cet article est juste là pour faire de l’audience car il y a trop de conneries pour que l’auteur sache de quoi il parle.

  30. L’article est très agressif et polémique. Etait-ce pour faire réagir les gens et montrer qu’un bon vieux blogpost provoque plus d’échange qu’avec un CM ?

    Sur le fond, on est sur du non-journalisme : aucun exemple, aucune source, on assène des propos avec une belle mise en gras pour en faire une vérité. Quitte à faire un débat, le minimum est de l’argumenter intelligemment. On apprend ça dès le collège.

    A titre d’exemple, le premier paragraphe fait un superbe raccourci : centre d’intérêts communs = communautarisme primaire. Dans ce cas là, on aurait du interdire les réunions tupperware dès 1960, puisque c’est animé principalement par des femmes !

    Ce que vous fustigez, ce sont des hommes-sandwich de l’ère digitale. Il y a des gens qui animent proprement leur marque, par une communication intelligente ou de la relation client bien gérée. Relisez le mur FB de Bouygues Télécom lorsque Free Mobile a été lancé.

    Dommage de mettre tous les CM dans le même panier. Et dommage que Gizmodo ne modère pas mieux ce genre de propos qui ne fait absolument pas avancer le schmilblick.

  31. Norédine,
    tu critique le fait que les CM sur les réseaux sociaux ne font qu’injecter une façon de penser dans la tête des gens, un peu comme un gourou qui manipulerait ses disciples. Il y a du vrai, mais les CM ne sont que le bras de leur société qui de son côté est obligé d’utiliser ce mode de communication pour survivre dans un monde conccurentiel. Finalement c’est le système qui est bancal, pas les CM.
    Je trouve de plus que ton discours est très déplacé car à l’instar du système que tu critiquen, tu dictes à tes lecteurs la soit disant bonne façon de penser.
    Gizmodo prends une tournure des plus déplaisantes avec ce type d’article. Un article doit être objectif, libre à toi de donner ton avis dans les commentaires, pas dans l’article.
    On a tous droit à l’erreur et j’espère que tu sauras grandir de celle que tu viens de comettre afin de nous pondre des article plus intelligents (comme tu as souvent l’occasion de faire d’ailleur :) )

  32. Cet article c’est de la daubasse, mais alors de la grosse. Je n’ai pas lu les commentaires, mais je suis certaine que plusieurs vont rejoindre ma pensée. Première raison : c’est un vilain raccourci !
    « Ils mettent dans des groupes les blancs, les noirs, les homos, ceux qui aiment le Nutella, le Coca, le Japon ou le caca. » > première connerie, j’aurai eu honte d’écrire ça, car ce n’est en rien une vérité. Car le but avant tout d’un CM est justement de débattre avec les personnes qui « aiment » ou « n’aiment pas » quelque chose et de créer le débat, en rien on ne rassemble les fans boys. Ce qui me mène à : « Il n’y a pas de débat, pas d’enrichissement, pas de confrontation de point de vue ». MENSONGE. C’est la première chose que fait un CM, troller pour ouvrir le débat. Ensuite tout dépend de la « population d’un forum/blog » il y a de tout : des trolleurs, des connaisseurs, des noobs, des haters, etc. Et c’est grâce à cela qu’une communauté est « vivante ». Le rôle précis du CM est de modérer les commentaires, parfois d’apporter la touche d’humour ou de dérision, et surtout d’alimenter les débats et d’apporter son savoir et non pas de se la couler douce en laissant les gens entre eux. Et c’est ce qu’ils font pour la plupart, dont moi, qui suis community manager. Un point final, car je ne vais pas passer ma journée sur ce site, un CM ne passe pas du tout sa vie sur Facebook, Facebook est une passerelle.

  33. Ce point de vue est très radical, les CM sont en effet des personnes payées pour animer et diriger un discours autour d’une marque (en général)… Aller s’inscrire à des communautés, dont le sujet ne nous concerne pas directement, n’est-il pas une perte de temps et d’énergie ? N’oublions pas qu’internet reste un vaste espace de commerce, en plus d’être un lieu de partage « culturel ». Qui peut se permettre actuellement le luxe de communiquer par pure et gratuite contradiction ? Internet n’est pas un espace de liberté, c’est un espace où votre parole est monétisée, même si actuellement beaucoup de réseaux cherchent encore leur modèle économique, l’internet reste un support pragmatique, et si vos messages de contradiction sont laissés sur la toile, c’est qu’ils servent le discours de la communauté, du réseau ou de la marque, n’oublions pas que « big brother is watching you » ! Cat

  34. http://www.gizmodo.fr/2012/08/18/community-managers.html

    Pas d’accord, il s’agit d’un réquisitoire à charge, étayé sur des allumettes ;)

    Je m’explique : on ne peut pas dire que les forums étaient et sont géniaux et dire que les communautés sont totalement nulles et envahies par des hordes de CM qui ne font que du marketing… je force le trait volontairement.

    D’abord les forums : les forums sont tous plus ou moins guidés et/ou téléguidés par des « modérateurs » qui sont les CM de ce modèle de communication. De plus bien souvent un Forum sur un sujet est généralement pollué de gens qui y font directement ou indirectement de la pub… bref le contre exemple est en l’occurrence totalement erronée. Si tu parles des forums et de ce qu’ils étaient à l’origine, alors tu as un peu raison. Dès lors ce n’est pas le type de support qui est à mettre en cause, mais bien l’époque, le contexte sociétale, l’écosystème de notre quotidien.

    Si l’on suit ton raisonnement, tout est communautarisme… le forum y compris… chaque discussion, chaque avis, chaque action… arrêtons ce genre d’analyse de comptoir !

    Depuis quand rejoindre une communauté empêche de dire ce que l’on pense et d’échanger et donc de s’enrichir ???

    Evidemment si tu rejoins la communauté d’une marque dans l’idée de te plaindre ou de donner un avis négatif tu va te trouver en face d’un CM qui te donnera des arguments pour te convaincre que tu as tord… mais où est le mal ? Qui t’empêche de dire ce que tu penses ? Il y a des cas d’école chaque jour où des CM pètent les plomb et se font grassement insultés, d’autres, où la marque fait une boulette et voit sa page Facebook inondée de remarques et de discussions… quelques exemples plus ou moins récents : La Redoute et ses pb de photos, Free et la sortie de ses offres mobiles, etc.

    Là où je trouve que tu es à charge sur le sujet c’est quand tu dis qu’il n’existe pas de communauté où l’on peut publier sur le mur d’une marque ? Tu es sûr que tu vis sur terre et que tu es connecté au même réseau internet que plus de 2 milliards de personnes ? Cet argument ne tient pas debout.

    Et donc pour remettre de l’ordre il suffirait d’envahir les communautés et de se comporter à l’inverse d’un comportement dit normal ? Cela s’appelle une tempête dans un verre d’eau… et ne sert à rien si ce n’est perdre du temps… être destructif plus que constructif.

    Il faut se rendre à l’évidence, internet a été gagné par le marketing comme tous les médias, mais cela n’enlève en rien le cerveau de chaque citoyen que nous sommes. Tu as des choses à dire ? Dis-les où bon te semble ! Tu as des critiques à formuler : dis les au bon interlocuteur. Qui peut aujourd’hui nier qu’internet est encore et toujours un vaste espace d’expression, un vaste espace d’échanges à l’échelle de la planète. Oui il y a des choses à changer : un accès universel à tout et pour tous, la péréquation des équipement et des connexions, bref des sujets qui existent ailleurs que seulement sur le web et qui constitue des sujets politiques et sociaux internationaux.

    Les CM ne sont aujourd’hui que la partie visible de l’iceberg du marketing des annonceurs… et alors ? Tu crois tout ce que tu vois à la TV ? Tu crois tout ce que tu lis dans la presse ? Qui t’empêche d’avoir une discussion constructive avec un CM sur la page d’une marque ? Dans 90% des cas : rien, ou peut-être seulement la volonté réelle de le faire et d’être constructif.

    Les Community Manager font un travail de marketing et de communication pour les marques sur les médias sociaux, et à ce titre, proposent une interaction directe avec les clients. Les média sociaux représentent un risque pour les marques, pas pour le consommateur. Les marques s’exposent et proposent aux consommateurs de devenir des « consomm’acteurs ». Oui le monde change, mais qui le change ? Est-ce que ce sont les marques ou les consommateurs ? Est-ce l’offre ou la demande ? Les moyens mis sen place par les services marketing sont de plus en plus pointus et permettent de mieux en mieux cibler les offres pour répondre à la demande… on peut ne pas aimer (dans ce cas on ne donne pas d’info) mais la réalité est ainsi faite, et aujourd’hui tu as le choix de donner des infos ou pas, comme tu as le choix des communautés que tu suis ou que tu créés !

  35. L’article est bien rédigé (Cependant la vision des choses est beaucoup trop fataliste et « révolutionnaire »).
    Chaque société gère différemment sa communication sur les réseaux sociaux. (suivant sa notoriété son nombre de fans et surtout son image),
    C’est un peu démago, cette article s’inscrit dans la tendance de l’anti-facebookisme subsistant.
    L’éclosion du business sur le web ne date pas d’hier, et les fans page au même titre que les cartes de fidélité et les abonnements… sont présentes pour faire du profit.
    Sur la liberté d’expression, à ce jour les marques autorisent pour la plupart les commentaires sur leur page, ces commentaires peuvent être lu par la totalité des fans et constitue une arme plus que dissuasive contre les marques. (AQUARELLE s’en souvient)
    Je trouve juste cette vision des choses est un peu naïf et j’en viens à vous posez la question dans l’autre sens.
    Aujourd’hui l’outil facebook comptait plus de 30millions de VU en Juin et l’anti-facebookisme ne concerne qu’une poignée de personnes.
    N’est-ce pas ces derniers qui fabrique votre idée du communautarisme ?

  36. The very heart of your writing whilst appearing reasonable at first, did not sit well with me personally after some time. Somewhere within the paragraphs you actually managed to make me a believer but only for a while. I still have a problem with your jumps in logic and one would do nicely to fill in all those gaps. If you actually can accomplish that, I will surely end up being amazed.

  37. Je suis en désaccord avec la plupart des gens ici, j’ai trouvé ce blog, je ne pouvais pas arrêter jusqu’à ce que j’ai fini, même si ce n’était pas exactement ce que je cherchais depuis, était encore une belle lire attentivement. Je vais immédiatement obtenir votre flux RSS du blog pour rester en contact de mises à jour. michael kors sacs http://sacmichaelkorsmontre.webnode.fr/

  38. J’ai vraiment adoré cet article, Norédine tu l’as parfaitement agrémenté avec de l’humour et ton avis est parfaitement respectable. Je pense que les débat qui ont été crées suite à cet article n’ont pas lieu d’être, sauf peut-être si des gens ont quelque chose à se reprocher ?

    Je suis consultant SEO/SEM et je tiens à ajouter qu’un community manager est une dépense inutile de plus pour les entreprises qui souvent souhaitent faire une entrée (ratée) sur la toile. Damien parle un peu plus haut du référencement et cela me fait bien rire, qu’entends-tu par référencement ? Ajouter ton site dans des annuaires ? La majeur partie des CM que je connais ont étudier en marketing et d’autres domaines sans rapports avec le SEO elle ne connaissent absolument rien au HTML ni même au fonctionnement des search engines…

    Bref j’ai réussi à prendre cet article avec le sourire et je l’ai même posté sur mon LinkedIN histoire de faire grincer des dents :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Publicité