Un gant traducteur de langage des signes

Le trio du gant traducteur

Le trio du gant traducteurL’une des plus grandes difficultés lorsque l’on souhaite apprendre un nouveau langage, c’est l’alphabet. Si celui-ci est connu, on s’allège d’un grand poids. Mais lorsque l’on se retrouve face à l’inconnu, le défi est d’autant plus important. C’est le cas, par exemple, du langage des signes...

Alors pour apprendre, il faut commencer par des mots simples, à travailler encore et encore pour acquérir une gestuelle parfaite… Un travail de longue haleine. Mais un gant pourrait bien nous simplifier la tâche et réduire ainsi la frontière avec le monde des sourds et mal-entendants. Des étudiants de l’Université Cornell, Ranjay Krishna, Seonwoo Lee et Si Ping Wang, avec l’aide de Jonathan Lang, ont conçu le prototype d’un gant bardé de capteurs et d’accéléromètres capable de décoder les signes effectués par son porteur.

Une fois les signaux décodés et émis, ceux-ci peuvent être retranscris en toutes lettres par un ordinateur, dans un jeu, un logiciel de traitement de texte, etc. Mais le prototype est d’autant plus intéressant qu’il a été développé dans un souci de mobilité. Il est relativement léger, “pratique” à porter, sans fil et alimenté par une batterie de 9 volts.

Le genre de projet que l’on aimerait voir davantage. Espérons que ceci mène à une commercialisation dans un avenir proche…

[engadget]

Tags :
  1. [..Il est relativement léger, “pratique” à porter, sans fil et…]
    Je ne vois rien de léger ni de pratique… par contre des fils, il y en a un paquet.
    Vous êtes aveugle? pour parler d’un gant pour les sourds, c’est un comble ;-)

    1. Il me semble que cette partie de l’article était bel et bien ironique. Après bon, je peux me tromper.

      Pour en revenir au sujet, s’ils arrivent effectivement à réduire le matériel nécessaire à son bon fonctionnement (fils cachés, écran portable sur le bras) et le tout d’une façon plutôt esthétique, il y de grandes chances que le produit rencontre son public.

  2. C’est marrant car pour le film/livre Congo de 1995, Michael Crichton avait déjà imaginé ce système …

    Quand la réalité rejoint la fiction …

  3. C’est un gros gadget qui sera très vite dépassé par une technologie plus simple et plus fine. Je donne un exemple parmi d’autres: poser des RFID au bout de chaque doigt, cela peut même être intégré dans le tissus d’un gants tellement c’est petit. Ensuite mettre au poignet un émeteur-récepteur RFID, qui lui passe l’information de la puissance des flux électromagnétiques des 5 RFID vers un émetteur IR u hertzien. Le récepteur convertit ces informations en binaire et les envoient pars une prise USB. Un programme d’I.A. très simple peut normalement d’après ces informations, reconstituer la main dans l’espace et donc en déduire chaque symbole. Voilà! C’est extrêmement simple et ne demande pas de la technologie des années 1990.

    Enfin tous l’avant-bras peut aussi être pris en même temps avec un RFID au coude et l’autre au poignet, donc aussi intégré au gant. Le reste ne change pas au niveau conceptuel.

    Désolé de le dire mais ce que l’on voit là prouve que le problème a été mal pensé. Le top du top étant une reconnaissance totale du bras et de la main dans l’espace grâce à deux micro-caméra reliées à l’ordinateur, là, plus besoin de rien, cela ne dépendra que de la conception logiciel et de l’apprentissage rapide de ce logiciel (I.A. faible). Je résume assez bien.

  4. Hi there very nice site!! Guy .. Beautiful .. Superb .. I will bookmark your site and take the feeds also?I’m satisfied to search out so many helpful information right here in the put up, we need work out more techniques in this regard, thanks for sharing. . . . . .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Publicité