Si le septième ciel existe, vous vous y rendrez dans cet ascenseur

Futuristische Architektur

Un ascenseur permettant d’aller dans l’espace est digne d'une utopie ou évoque clairement le domaine de la science-fiction. C’est ce que nous aurions répondu il y a peu si on nous avait demandé notre avis. Evidemment, depuis qu’une entreprise japonaise en a planifié la construction pour 2050, cela change la donne.

Ce projet complétement fou est annoncé par la firme Obayashi Corp. Les dirigeants ont confirmé leur intention de construire un ascenseur spatial capable de faire la navette sur … 36 000 kilomètres ! C’est estomaquant.

Pour construire ce monstre de science-fiction, les ingénieurs prévoient d’utiliser des nanotubes de carbone 20 fois plus résistants que l’acier et étirés sur 96 000 kilomètres. Une extrémité du câble serait alors ancrée à un port spatial, tandis que l’autre serait équipée d’un contrepoids. Pour vous donner un ordre d’idée, cela correspond à environ un quart de la distance Terre-Lune.

Le terminus de cet ascenseur sera donc une sorte de station de travail placée au pallier des 36 000 kilomètres. Notre machine futuriste pourra transporter une trentaine de personne et se déplacera à la vitesse de 200 km/h.

Un employé d’Obayashi Corp a déclaré qu’il était pour le moment impossible de budgéter un tel projet. Il précise que l’objectif est de faire des progrès techniques constants sur les décennies à venir, de sorte que cet ascenseur ne se transforme pas en un simple souvenir d’un beau rêve. Quelle éloquence …

En ce qui nous concerne, on a une vague idée du budget, il sera simplement astronomique. Reste à savoir si une telle construction est réellement utile ou si elle revient à jeter l’argent par les fenêtres. Au delà même de l’utilité, les premières questions de sécurité sont angoissantes. Lorsqu’on voit l’effet d’une bourrasque sur une tour de 50 mètres, il est presque effrayant d’imaginer un violent coup de vent sur cet ascenseur, aussi bourré de technologies soit-il …

Depuis des années, les ascenseurs spatiaux passionnent les plus grandes entreprises, les bruits racontent qu’un certain Google serait dans la course tout comme l’U.S. National Aeronautics and Space Administration.

Par simple curiosité, on espère être encore de ce monde lorsque ou si un ascenseur spatial voit le jour. Qui vivra, verra !

[Gizmodo] © Spectral-Design – Fotolia.com
Tags :
  1. Voyons voir …. 36 000 km ? 200 km/h ? Donc 180 heures ? Plus d’une semaine dans l’ascenseur pour se rendre sur la plateforme ? Lol ?

  2. Donc si je calcule bien 180 heures à trente dans un ascenseur. Ce projet dépend des progrès dans les textiles anti odeurs je suppose?

  3. 1 semaine dans un ascenseur … Faut espérer que les filles seront … ouvertes (d’esprit bien sûr :) ).
    Et qu’il y aura un restaurant, des chiottes et … des chambres (pour se reposer bien entendu :)).

    Dans les faits c’est un vieux rêves des années 70 qui remonte à la surface à la suite de la découverte des nanotubes de carbone (et de la possibilité d’en fabriquer d’une longueur de qq cm ce qui laisse espérer qu’un jour, peut-être, on pourra en fabriquer d’une longueur infinie).

    Mais rien ne dit, aujourd’hui, que leur résistance sera suffisante.

    db

  4. A quand la téléportation ? Par exemple en m’inspirant de l’imprimante 3d, un laser se pointe sur nous, on entre dans un ordinateur et on apparais ailleurs.

  5. Moi, ce qui me fait triper dans la photo d’illustration, c’est le tobogan qui a l’air de serpenter autour! Le plus long du monde, assurément!

  6. De toute évidence il y a une erreur. Il est plus que probable que les distances sont exprimées en mètre et non en kilomètre. Ce qui ramènerait la durée d’ascension à 10-15mn, ce qui est plus cohérent.
    De toute façon, fabriquer une structure de 96000 km est totalement impossible, déjà que 96 km ça sera compliqué!…

    1. Un tel ascenseur se trouverait forcément sur l’équateur, comme les satellites geostationnaires, qui se situent à une altitude de 36000 km environ. Donc il est fort probable que cette distance soit juste.

    2. Ben… je ne crois pas parce que 96.000m, on ne serait pas encore dans l’espace… Ca commence à 100.000m (100km)
      Donc les chiffres doivent bien être en kilomètres… 36.000 km on est bien sur une orbite géostationnaire.

  7. Une semaine, ca me dérangerait pas.
    Dormir, j’aurais du mal, je pense que je resterais devant la vitre à voir le monde et la navette monté. Je pense que je pourrais pas décrocher pour aller au lit.

  8. 10 . Chris le 22-02-2012 à 18h57

    De toute évidence il y a une erreur. Il est plus que probable que les distances sont exprimées en mètre et non en kilomètre. Ce qui ramènerait la durée d’ascension à 10-15mn, ce qui est plus cohérent. De toute façon, fabriquer une structure de 96000 km est totalement impossible, déjà que 96 km ça sera compliqué!…

    :=> Un quart de la distance Terre/Lune? 96km?
    Non il n’y a pas d’erreur. Avec de nouvelle technologie je pense que ce serait possible, mais pas avant 10-15 ans

    1. .. Plutôt 10 ans ou plutôt 15 ans ? Parce qu’au pifomètre c’est quand même important de rester précis.
      Moi je pensais plus partir pour 16 ou 17 ans et 4 mois.

  9. Une bourrasque de vent sur un tel édifice n’aurai aucun impact, vu a quel point la corde de guitare sera tendu…
    Le système « Terre + contrepoids » serai comme le système « main + fronde », autant vous dire qu’il n’y aura pas une fleur qui bougera vu les distances en jeu.
    Une fois cet ascenseur en place, c’est sur qu’aller dans l’espace coutera moins cher qu’avec les navettes qui ont couté des milliards en carburant.
    Le cout sera vite amorti au vu de tout ces allé / retour faisable relativement rapidement.
    Et d’ailleurs vaudrai mieux se dépêcher parce que du carburant, il n’y en aura pas toujours et il faut donc travailler à un moyen de partir là-haut sans. Et le plus tôt sera le mieux.

  10. mais non il ny a rien d etonnant , d ici quelque années (10 ans ) on va pouvoir grace au nano technologie fabriquer de la matiere qui absorbera l air et tout flus dynamic eau , air gaz , etc ,cela servira pour l aéronautique par exemple la nsa dans u premeir temps et/ou pour des technos productrice d ernergie « ecolo », donc 2050 cest viable comme date et le probleme lier au vent ou autre pression ne sera plus un probleme d ici la au contraire , on peu imaginer que la matiere et le vent et pressions atmosférique serviront d energie pour faire fontioner lascenceur . en revanche le probleme qui se posera cest la duré de vie d un tel matériau qui faudra entretenir et changer assé souvent ( donc trés couteux trés trés couteux )et poura etre trés poluan ou un danger pour la santé publique .

  11. certain comantaire ici me font penser au comantaire de certaine personne au 18 eme sciécle , pour eux un pont suspandu( par ex sanfrancisco) etait une folie iréalisable meme pas en virtuel ou sur papier sur plan .et je peux vous dire que eux a l époque ils etaient ultra limité technologiquement , et autre non plus comme aujourdhuit où l on peut sur ordi faire des tas de calcul de plan de maquette etc fiable et précise avec le cou budgetaire svp .

  12. Si vous avez lu la trilogie Mars la Rouge, vous savez ce qu’il peut arriver si une explosion endommage la structure et coupe le câble en deux : en retombant, les 96000 km de câble balaient toutes les villes situées à l’équateur. Et plusieurs fois de suite car 96 000 KM, ça fait plusieurs fois le tour du globe. Il faudra bien sécuriser tout ça.
    Sinon le principe est génial !

    1. Non, parce que ce ne sont alors pas 96000km qui tombent (un cable ne se sectionne pas en son extrémité mais quelque part en son milieu, ce qui déja en réduit la longueur sous section). Le contrepoids devant être propulsé également (lois de la gravitation, 96000km n’est pas une orbite géostationnaire contrairement à 36000km, il faut en permanence en compenser les différences de vitesses, accélération permettant d’arriver à une vitesse angulaire de 15°/h), on peut supposer que la partie haute d’un cable sectionné resterait sous contrôle…
      Quant à la partie basse, vitesse de chute, échauffement de friction lors de l’entrée dans l’atmosphère, une bonne partie risque de se désintégrer avant de voir apparaitre le bleu du ciel….
      Enfin… Quel intérêt ai-je lu dans l’article? Eh bien… Pas difficile de creuser un peu… 20 000€ (ou $ – Sais plus) la mise en orbite d’1kg avec les systèmes actuels de navettes, contre quelques euros/kg avec un ascenseur spatial (parlons en énergie, non pas en développement de programmes). Un tel projet, s’il voyait le jour, constituerait une autoroute vers l’espace (dans les deux sens, parce que il y a pas mal de déchets là haut qu’on laisse trainer faute de moyens de les rapatrier).
      Mais bon, résistance mécanique de nanotubes de carbones, difficultés à synthétiser de grandes quantités de ces nanotubes, défi de la protection de la structure contre les collisions de débris, etc etc…
      Ce n’est encore qu’un doux rêve, ainsi que de la pure comm d’entreprise histoire de faire le buzz….. Scientifiquement parlant!

    1. 96000m, ce n’est même pas l’espace officiel qui commence à 100km… Et lorsqu’on s’arrête à cette altitude de 100 km, ça veut dire qu’on retombe direct (ces projets amusants de course à l’espace privée visant les 100km, qui ne constitue qu’un symbole tant cette altitude est trop basse pour une mise en orbite viable)

  13. La distance Terre-Lune étant d’environ 380 000 km, si la hauteur totale en est le quart, 96 000 km ça serait cohérent.
    Maintenant, la ligne de Karman se situant à 100 km, 96 km serait plus juste.

    Bon, qu’est ce qui fait référence dans cet article ? Le fait que ça fasse 1/4 de la distance Terre-Lune ou le fait que la port spatial sera dans le « proche » espace ?

    Article approximatif comme bien souvent …

    1. 96000km bien sur….
      Orbite géostationnaire à 36000km (l’orbite de nos satellites de télécommunications entres autres) , c’est le minimum de longueur d’un tel cable si on veut qu’il soit tendu entre deux points tournant à la même vitesse. Plus haut, un corps tourne moins vite que la terre, plus bas, il tourne plus vite, dans un cas comme dans l’autre, le cable s’enroulerait autour de notre planete, petit à petit (ou plutôt, recevrait des forces de tension telle qu’il romprait bien vite).
      Avoir un cable plus long (96000km selon les penseurs de ce projet) permet de maintenir un centre d’inertie à cette altitude de 36000km.
      Là ou je ne rejoint pas ce chiffre de 96000km, c’est qu’en ramenant un corps suffisamment massif à cette orbite de 36000km, on pourrait alors s’affranchir des 60 000km supplémentaires! Le centre des masses serait alors quasi confondu avec celui de ce corps massif pour peu que ce dernier soit assez dense et volumineux. Mais bon, ramener un astéroide en orbite géostationnaire terrestre constitue encore un défi aussi utopiste que de confectionner 96000km de cable en nanotubes de carbones (pour info, un tel cable en métal romprait sous sa propre masse). Sans parler du fait qu’il ne faudrait pas un, mais plusieurs cables parallèles afin de sécuriser l’installation (pas envie de me retrouver mis en orbite basse – dans le meilleur des cas – ou grillé en étoile filante dans le pire des cas en cas de rupture d’un cable non redondant)!!!

  14. flatjeff

    Vous et d autres non pas compri, c un proto , d ici la il n y aura plus besoin de cable ,c est un proto avec cable pour rendre viable aujourdhuit le projet sur papaier et attendre l évolution de nouvelles tehcnos ( nano techno qui obsorberont l air et les pression, etc ) et surtout pour avoir une chance d avoir des font d investissemetn des investisseurs qui voudrait suivre le projet .

    SVP ,arretez un peu vos films et livres de science fiction .

  15. Projet non budgétisé (alors que le consortium international pour la construction d’un tel ascenseur l’a évalué à 12M$ sous couvert de disposer des bons matériaux, mais pas avant un siècle, cette compagnie japonaise a surtout voulu se faire un coup de pub….
    Et en plus, je préfère voir à terme une telle route low cost vers les cieux contrôlée par les états plutôt que par un groupe privé, ceux là, ils ne sont pas assez dignes de confiance pour pouvoir se positionner au dessus des états, mais bon, c’est un autre sujet.
    L’analyse sur le sujet: http://www.citylop.com/un-ascenseur-spatial-pour-2050/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Publicité