Quand la fiction devient réalité : Un monde perdu découvert en Antarctique

Un poulpe encore inconnu

Quand des équipes de scientifiques s’allient, cela donne lieu à des découvertes étonnantes tout droit sorties d’un roman de Jules Verne. Bienvenue dans Vingt mille lieues sous les mers.

Des chercheurs de l’université d’Oxford, de l’université de Southampton, du National Oceanography Center et du British Antarctic Survey ont mis leurs connaissances en commun pour découvrir un monde perdu empli d’espèces inconnues.

Gants et bonnets soudés aux anoraks, c’est en Antarctique que ce sont rendus nos experts. Direction le fond de l’océan Austral et précisément l’est de Scotia Ridge où se trouve ce fameux monde en plein essor, encore vierge de la présence d’êtres humains …

Les chercheurs se sont appuyés sur la robotique et la technologie pour explorer ce nouveau territoire. Ils n’ont pas été déçus du voyage puisque c’est une myriade d’espèces nouvelles qui se sont révélées. Il faut dire que l’endroit est particulier, en effet dans ces sources hydrothermales la température peut atteindre 382 degrés Celsius.

Grâce à un véhicule télécommandé ils ont pu découvrir des animaux à l’allure insolite. Ils sont tout blanc à cause du manque de lumière et tirent leur énergie non pas du soleil mais de produits chimiques tels que le sulfure d’hydrogène. Au fin fond de l’Antarctique, des communautés entières d’organismes marins mystérieux prospèrent.

Les experts n’ont jamais vu autant d’espèces inconnues en si grand nombre. Imaginez des colonies de crabes yéti étranges, des anémones ou des poulpes rampant à 2400 mètres sous la surface.

C’est véritablement un nouvel écosystème où les espèces que nous considérons comme courantes n’existent même pas. Exit les moules ou les vers, place aux énigmes.

[Gizmodo]

 

 

Tags :
  1. Cela ressemble tout de même beaucoup aux espèces que l’on connais. Ne serais-ce pas tout simplement une adaptation naturel de leur organisme au climat ?

    1. On voit que tu n’as même jamais entendu parlé des espèces cryptiques ;)
      Ce n’est pas parce que la morphologie reste similaire voire même identique qu’on ne peut pas ne pas avoir des espèces différentes.

      En fait, définir ce qu’est une espèce est un des plus gros problèmes des biologistes. On doit avoir une trentaine de définitions différentes toutes justifiées.
      Toutefois, deux d’entre elles se démarquent réellement :
      1°) le cas de l’espèce biologique, définie par Mayr en 1942 et impliquant la possibilité de reproduction donnant une descendance fertile ayant une fitness (mesure du succès reproducteur) au moins équivalente à celle des parents (en gros les hybrides, même s’ils peuvent être fertiles, ont souvent une fitness très basse).
      2°) le cas de l’espèce phylogénétique, définie par Cracraft en 1983 et qui se base sur la notion d’Evolutionnary Significant Unit (ESU) correspondant à des lignées génétiques très séparées. Sur ce point, en général, on se base sur la présence de résultats équivalents entre gènes (nucléaires et mitochondriaux dans le cas des animaux) pour justifier de la présence d’espèces différentes.

      Les espèces hydrothermales sont soumises à des contraintes très fortes, avec la température de l’eau variant entre +2 et +400°C en l’espace de quelques dizaines de cm, avec des pression très élevées (les sources hydrothermales sont en générale à des profondeurs de 2000m), avec l’absence de lumière nécessitant l’utilisation de sources d’énergies autres que celles issues de la lumière.
      Les espèces hydrothermales sont donc souvent des lignées issues d’adaptations très anciennes (millions à plusieurs dizaines de millions d’années) à ces milieux extrêmes.
      Je n’ai donc aucun doute comme les scientifiques à l’origine de ces photos qu’il doit y avoir un paquet d’espèces non décrites parmi celles qu’ils ont rencontré :)

  2. Ils ont publié un article similaire dans Science & Vie où des Russes creusaient depuis 4 ans un puits pour atteindre un lac souterrain dans l’espoir d’y découvrir de nouvelles espèces/forme de vie. Mais je ne pense pas que ce soit le même endroit décrit dans votre article.

  3. question souvent posée : à quand une visualisation d’image un peu plus « moderne »? ça fait pas très high-tech tout ça!

    2400 mètres? c’est pas très profond! On va chercher du pétrole plus profond que ça sous l’eau!

    1. Un diagramme de phase de l’eau te montrera qu’avec l’augmentation de la pression liée à la profondeur, la température d’ébullition de l’eau peut dépasser les 400°C. C’est ce qui se passe ici avec une eau toujours liquide malgré une température largement au dessus des 100°C.
      L’inverse se passe au sommet de l’Everest où la température d’ébullition de l’eau est inférieure à 100°C.
      ;)

  4. Déjà vu des images dans ce genre là, non pas à 2.400 mètres sous le niveau de l’eau mais pas loin des 10.000 mètres.

  5. Ils me font rire les « scientifiques » qui disent qu’il faut un climat comme sur la terre pour avoir de la vie sur une autre planète…
    La on a la preuve que la vie existe a 382°c alors pourquoi pas la même chose à l’air libre ailleurs !?

    1. Visiblement, tu confonds tout, mais bon, je ne t’en voudrai pas d’être plus ignorant que les scientifiques que tu dénigres. Souvent, quand on ne comprend pas, il est plus facile de critiquer que d’essayer de comprendre … Mais bon …
      1°) il est plus facile de chercher un environnement similaire à celui de notre planète (puisqu’on est sûr qu’il y a de la vie dessus) pour espérer trouver la vie ailleurs dans l’univers.
      Toutefois, cela ne signifie pas que la vie n’a pas pu se développer sous une autre forme. Toutefois, pour des questions de physique et de chimie, la vie basée sur le carbone et utilisant de l’eau comme solvant est loin d’être stupide.
      2°) En fait, le cas des sources hydrothermales est un poil plus complexe que de dire qu’il y a de la vie à 382°C. Ce n’est pas parce que l’eau à la sortie de la source fait 382°C que toutes les espèces vivant autours de ces sources peuvent vivre à cette température. En fait, le gradient de température est très violent, puisque l’eau passe de 382 à 2°C en l’espace de quelques dizaines à quelques centaines de centimètres. Les espèces vivant autours de ces sources sont adaptées à des températures propres à chaque espèce signifiant qu’on trouvera une zonation dans les espèces autours des sources. Nombre d’espèces tolèrent d’ailleurs difficilement des températures supérieures à 70°C … Les plus résistantes étant généralement les bactéries.
      A cette profondeur, la pression fait que l’eau peu rester liquide, dans l’air, l’eau l’évapore à 100°C. L’eau étant essentielle à la vie sur Terre, dans l’air à plus de 100°C, point de salut …

  6. Thanks for helping me to obtain new thoughts about desktops. I also have the belief that one of the best ways to keep your mobile computer in excellent condition has been a hard plastic-type material case, as well as shell, which fits over the top of one’s computer. A majority of these protective gear are usually model targeted since they are made to fit perfectly within the natural housing. You can buy these directly from owner, or from third party sources if they are for your mobile computer, however its not all laptop could have a covering on the market. Yet again, thanks for your ideas.

  7. Hello there, simply become alert to your blog through Google, and found that it is really informative. I’m gonna be careful for brussels. I’ll appreciate if you proceed this in future. Lots of other folks can be benefited from your writing. Cheers!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Publicité