C’est la déprime sur Twitter

burn out d'homme d'affaires épuisé dépressif

C’est la déprime. Voilà le sordide constat de la dernière étude sur le bien-être. Pas très réjouissant aux abords des fêtes de Noel, quid donc de cette déclaration démoralisante ?

« Il semble que le bonheur soit en baisse », explique un chercheur de l’Université de Vermont à la tête d’une nouvelle étude sur le bien-être. Quels sont ses arguments pour avancer que nous nous trouvons dans une espèce de no man’s land du bonheur ? Pour ne pas changer, c’est encore le baromètre Twitter qui met ce point affligeant en exergue.

Seulement, l’équipe de chercheurs ne s’est pas arrêtée à 3 ou 4 tweets. On table plutôt sur 46 milliards de micro-messages issus de quelques 63 millions d’utilisateurs mondiaux. De la même façon que Rome ne s’est pas construite en un jour, il a fallu trois ans pour récolter l’ensemble des messages et apparemment, c’est un véritable job’.

Evidemment ces déclarations ne sont ni faites au hasard, ni à l’appréciation subjective des chercheurs. Les scientifiques se basent sur l’utilisation de mots clés typiques qui possèdent une sorte de cote de bonheur définie par les adeptes de la Twittosphère.

Les participants ont simplement donné leur évaluation sur une échelle d’un à dix. Une petite moyenne plus tard et chaque terme est associé à l’échelle du bonheur.  Par exemple, « rire » obtient un joli 8.5/10 alors que « terroriste » est logiquement un des cancres de la classe avec une cote d’1.3/10.

En suivant un maximum de mots clés, passant quand même de «crêpes» à «suicide», l’équipe a pu glaner une idée générale du BIB (aucun rapport avec Justin Bieber, il ne s’agit heureusement du Bonheur Intérieur Brut). Les résultats sont sans appel, c’est la déprime. Mais heureusement les fêtes de Noel remettent les compteurs à la hausse, nous sommes en plein pic de bonheur, aussi profitons-en.

D’ailleurs si Twitter rassemble un maximum de monde, on tweet rarement que tout va bien. Les réseaux sociaux ont une fâcheuse tendance à se transformer en bureau des plaintes et larmoyantes déclarations. Pas sûr que ce réseau ou un autre soit le baromètre le plus efficace pour jauger de notre félicité.

En l’occurrence, nous sommes heureux et vous souhaitons de même. C’est le principal. Sur ce, nous allons tweeter notre bonheur pour faire grimper les stats.

[Gizmodo]

© laurent hamels – Fotolia.com

 

Tags :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Publicité