SIDA : une avancée pour les tests en Afrique

analyzer-and-chip-model_f.jpeg

Effectuer des tests du SIDA sur le terrain, c’est se confronter aux problèmes de collecte, de transport et d’examen des échantillons sanguins. Une équipe de scientifiques de la Harvard Medical School et de l’Université du Texas a planché sur la possibilité de combiner un mini-processeur à une caméra numérique afin de créer une nouvelle forme de test, qui se glisse dans une poche et renvoie les résultats en quelques minutes, sans nécessiter d’examen de laboratoire.
« On grave des puces en silicone qui sont relativement semblables à celles que l’on utilise pour fabriquer les processeurs Pentium et autres puces d’ordinateur », précise McDevitt. « Mais en guise de transistors, nous fabriquons des petits tubes à essais qui sont en fait des réacteurs miniatures qui contiennent des bourgeons gustatifs artificiels ».
Pour tester un échantillon, il suffit de déposer quelques gouttes de sang sur la puce et de la placer dans un lecteur qui va évaluer le nombre de CD4 dans le sang. Cet appareil n’est pas tout à fait portable – pour l’instant – mais c’est incontestablement un pas dans la bonne direction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Publicité